Comment occuper son chien à l’intérieur

comment dresser son chiot

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Comment occuper son chien à l’intérieur ?

 

En cette période bien particulière pour nous tous, je vous propose dans cet article, quelques solutions pour occuper au mieux vos loulous, à l’intérieur.

 

Bien sûr, cette liste n’est pas exhaustive. Mais elle vous donnera, je l’espère en tout cas, quelques bonnes idées !

 

Allez, c’est parti…

 

 

SOLUTION 1 :

 

Le faire cogiter un peu, avec une activité agréable pour lui :

 

  • Cacher des croquettes sous des gobelets plastiques (ou mini pots/caches pour fleurs/plantes).

Cela reprend l’idée de beaucoup de jeux « intelligents », en beaucoup plus simple certes.

Vous pouvez par exemple utiliser 3 ou 4 gobelets, et ne mettre des croquettes seulement sous l’un d’entre eux, ou deux maximum.

 

 

SOLUTION 2 :

 

  • Apprendre à votre chien à « chercher » un jouet ou objet.

Attention, il ne s’agit pas là d’un réel apprentissage de « pistage » ou de « recherche », mais juste un passe temps, pour vous amuser avec votre loulou.

L’avantage de ce genre de jeux pour lui ? Répondre à son besoin fondamental d’utiliser… sa truffe… et son cerveau ! 😉

Eh oui, ce type d’activités peut vite le faire « cogiter », renifler… et peut rapidement le fatiguer, donc parfait quand on n’a plus l’occasion de pouvoir beaucoup le sortir.

 

Comment faire concrètement ?

 

Très simple. Vous prenez par exemple 1 de ses jouets favoris, vous le faites « assoir/pas bouger » (ou tenir par quelqu’un si besoin), après avoir attiré son attention avec son jouet… puis vous cachez l’objet (au départ, de manière très facile à trouver pour votre chien), et dites à votre chien de le chercher.

Et grosse fête/jeu, quand il le trouve.

Petit à petit, vous augmentez la difficulté de la « cachette ».

 

  • Vous pouvez aussi cacher une partie de ses croquettes à l’intérieur de votre maison/appartement (ou jardin bien sûr), de manière à ce qu’il cherche un peu pour les mériter… et les déguster !

 

 

SOLUTION 3 :

 

  • Un jouet  intéressant : le  « Kong » !

Vous connaissez peut-être déjà ?

Une gamme de jouets que l’on peut remplir avec des friandises, du fromage blanc, de la viande hâchée…  Ou toute autre recette au goût de votre chien !

Et il prendra alors très probablement un grand plaisir à aller récupérer ce petit festin. Et cela, généralement, occupe très bien nos compagnons à 4 pattes.

 

L’astuce ? Une fois rempli, placez le Kong quelques heures au congélateur ! Le contenu se transformera en une véritable glace pour votre toutou, qui sera d’autant plus longtemps occupé du coup !

 

Bien sûr, vous n’êtes pas obligé(e) d’opter pour la marque Kong elle-même, mais elle présente l’avantage d’être particulièrement robuste…

 

 

SOLUTION 4 :

 

  • Les jeux intelligents :

Il s’agit souvent de jeux dans lesquels le chien doit appuyer sur des manettes, retirer des cônes, tirer des ficelles… pour recueillir des petites friandises.

Certains aussi utilisent des sortes de « boutons poussoirs », que l’on peut détacher du socle et qui agissent alors comme une télécommande à croquettes !

Vous pouvez déposer le bouton dans une pièce, le chien appuie, et va vite chercher ses friandises dans un autre coin de la maison, sur le socle de l’appareil (dès qu’il a compris le système bien sûr).

Cela peut être une vraie activité sympa pour lui… et vous !

Ces jeux sont souvent très sympas, et bien appréciés.

Si vous voulez découvrir ceux de notre boutique, c’est par ICI.

 

 

SOLUTION 5 :

 

  • Le tapis de fouille :

 

Enfin, une dernière trouvaille que je veux partager avec vous : le tapis de fouille !! Connaissez-vous déjà ?

C’est un jeu ultra intéressant pour les chiens, qui leur permet de se défouler, se canaliser, tout en vivant une expérience très plaisante.

Il s’agit d’un tapis avec tout un tas de cachettes, qui permet de placer plein de friandises (ou de croquettes) pour votre loulou, qui prendra un grand plaisir à les chercher pour les dévorer !

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce jeu ultra intéressant, je vous invite à cliquer ICI.

 

(Pour vous aider à occuper au mieux votre loulou ces temps-ci, je vous offre une remise de 10% sur votre 1ère commande, avec le code : « oscar« .)

 

 

L’idéal selon moi ? Eh bien, tout simplement mélanger et alterner toutes ces solutions !!!

 

Alors, faites-vous plaisir, et amusez-vous bien avec votre toutou !

 

Et prenez soin de vous, et de lui.

 

Stéphane

 

comment eduquer son chien facilement

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Les Chiens Ecouteurs

Voilà une bien belle initiative que je vous présente dans cet article !

Vous connaissez sans doute les chiens guides pour aveugles (cf. notre article dans ce blog), ou pour personnes handicapées.

Souvent d’ailleurs des Golden Retriever, ou des croisés « Golden/Labrador », mais pas que, bien sûr.

Mais peut-être n’avez-vous encore jamais entendu parler des chiens pour malentendants et personnes sourdes ?

Eh oui, cela existe bel et bien !

Personnellement, je connais cela depuis une vingtaine d’années, car j’ai eu la chance de rencontrer l’une des 1ères personnes, Odile Poupart, qui a importé en France, me semble-t’il, l’éducation de ces chiens.

Les chiens « écouteurs »

Ces chiens dits « écouteurs » représentent au quotidien un véritable soutien, et une aide fantastique pour leur maître.

Ils leur permettent de retrouver plus d’autonomie, ou une autonomie totale.

Après une éducation spécifique, ils réagissent à de nombreux « bruits » et peuvent ainsi prévenir leur maître :

  • Sonnerie du réveil et du téléphone,
  • Sonnerie de la porte d’entrée, ou interphone
  • Minuterie (four…)
  • Quelqu’un qui appelle le maître
  • Pleurs d’un enfant
  • Un objet qui tombe au sol…
  • Un véhicule arrivant de derrière (moto, voiture…)
  • En voiture également : klaxon d’un autre véhicule, n’importe quel bruit pouvant indiquer un danger…

Une éducation spécifique et poussée

Tout commence par une bonne sélection des chiots.

Tout comme les chiens guides d’aveugles par exemple, ils sont alors placés en famille d’accueil, durant 8 à 10 mois.

Puis ils intègrent « l’ école » pour être formés, durant environ 6 mois.

Ils apprendront alors des ordres à la fois verbaux mais aussi visuels, reprenant alors le langage des signes.

La socialisation, l’exposition à de très nombreux stimuli, variés, est un point fondamental, à développer durant ces 6 mois.

Différentes races de chiens peuvent être utilisées pour transformer nos braves compagnons à 4 pattes en véritables chiens écouteurs.

De mémoire, Odile Poupart avait, à l’époque, un Bouvier d’Appenzell.

L’association que je vais évoquer ci-dessous utilise principalement les Bergers Australiens, chiens aux multiples qualités.

Les chiens écouteurs au service des personnes sourdes

La remise aux Maîtres

Les chiens écouteurs sont offerts aux personnes sourdes et malentendantes.

Quelques critères doivent toutefois être respectés :

  • Etre majeur
  • Etre dans la capacité de s’occuper pleinement de son chien
  • Etre détenteur d’une carte d’invalidité
  • Adhérer à l’association

Pour plus de renseignements, ou pour faire un don :

Association « Les Chiens Du Silence »

http://www.leschiensdusilence.sitew.com

Les 3 idées reçues sur l’alimentation du chien

Les 3 idées reçues sur l’alimentation du chien

Les chiens doivent manger comme nous !

Je me souviens, il y a bien des années maintenant, d’une voisine qui avait recueilli, pour quelques jours seulement, un chien perdu, que son fils venait de trouver.
S’agissant d’un soir d’hiver, cette voisine avait voulu faire plaisir, et prendre soin de ce chien, en lui donnant « une bonne soupe bien chaude »… pour qu’il se réchauffe et se sente bien.
La pauvre… elle n’a pas eu beaucoup de succès avec un tel repas !
Peut-être était-ce la soupe le problème, ou bien sûr la chaleur de ce plat, mais plus généralement, cette anecdote illustre ce que l’on retrouve parfois chez les maîtres.
Beaucoup, pour tout un tas de raisons bien légitimes (impression de bien s’occuper d’eux, intégration complète à la famille, volonté de bien faire…) pensent que leur chien doit manger exactement la même chose qu’eux, ou à peu de chose près.
Mais la réalité est que le chien n’a pas du tout le même système digestif que nous, ni les mêmes besoins (vitamines, nutriments…).
Par exemple, il est capable d’assimiler de grandes quantités de graisses, ce qui est beaucoup plus délicat pour nous 😉
Il ne tolère pas vraiment l’amidon comme source d’énergie, sauf s’il est bien cuit, et en quantité adaptée à ses besoins (taille, activité physique…).
Donc pour la santé de votre toutou, privilégiez une nourriture adaptée à SES besoins.

Vive la variété !

Nous apprécions, pour la plupart d’entre nous, d’avoir des repas, bien sûr équilibrés, mais également variés, pour retrouver dans ces moments agréables, tous les plaisirs que peut procurer la nourriture.
Aussi, cela parait bien légitime de proposer ce même plaisir à nos braves toutous.
Mais cette logique, bien légitime, et semblant tout à fait normale, ne correspond pas forcément aux véritables besoins des chiens.
Eux, ce dont ils ont besoin, est plutôt : recevoir chaque jour, à la même heure, au même endroit, dans la même gamelle… le même repas !
Pratiquement tout le contraire de ce qu’on peut légitimement penser, ou proposer à son compagnon à 4 pattes !
Le chien n’a donc pas le même besoin que nous, de changer régulièrement de nourriture.
De plus, des changements réguliers peuvent entraîner des problèmes d’adaptation et des problèmes digestifs (diarrhées…).
Les changements alimentaires qui n’entrainent pas de désordres digestifs sont ceux qui restent dans une même gamme d’aliments, proches d’un point de vue composition.
Si vous souhaitez changer plus radicalement d’alimentation, il est conseillé de réaliser ce changement progressivement, sur une semaine, en apportant petit à petit cette nouvelle nourriture.

Il faut ajouter de la viande aux aliments complets

Eh oui, cette pratique se fait encore régulièrement, certains maîtres pensant que leur chien ne se portera que mieux en ayant une ration plus digne d’un véritable « carnivore ».
C’est vrai que dans les aliments industriels, il est bon de se demander quelles sont les matières premières sélectionnées… et pas forcément (même loin de là !) des appellations appétissantes au « poulet », « bœuf », « agneau »… et autres…
Mais finalement, est-ce bien différent de certains aliments préparés et en destination… des hommes !?
L’avantage des aliments industriels, outre l’aspect pratique, est la composition, normalement étudiée et fréquemment de nos jours, adaptée à l’âge, la taille, ou la race de votre chien.
En ajoutant de la viande, on ne fait alors que déséquilibrer cet équilibre…

Les chiens guides d’aveugles

Les chiens guides d’aveugles

Les chiens guides d’aveugles sont des compagnons et un avantage fantastique, pour les personnes non ou mal voyantes.

Remis entièrement gratuitement, les chiens permettent à leur maître de vivre le quotidien de manière beaucoup plus simple, mais également plus épanouissante, grâce à une vie sociale plus développée.

Marcher plus sereinement sur un trottoir, trouver un passage piéton, éviter un obstacle, stopper pour prévenir la présence d’un danger quelconque, trouver une porte, un arrêt de bus… voilà quelques-unes des réalisations quotidiennes de ces merveilleux compagnons.

Quelques chiffres clés :

  • 220 chiens guides remis chaque année
  • 600 familles d’accueil pré éduquent les chiots ou les gardent en fin de semaine
  • En moyenne, 1 an de pré éducation dans les familles d’accueil, et 6 mois de spécialisation en école de chien guide
  • 9 ans de bons et loyaux services rendus à son maître, avant de profiter d’une belle, heureuse et méritée retraite !

La pré éducation en famille d’accueil

A partir de l’âge de 2 mois environ, jusqu’à celui d’un an, les chiens sont placés dans une famille d’accueil.

Sans ces familles, totalement bénévoles, aucun chien guide ne pourrait être formé !

Elles permettent au chien d’être éduqué, entouré, aimé et grandir sereinement, tout en allant à « l’école » régulièrement.

En effet, les familles assurent, en étant accompagnées par les éducateurs spécialisés, l’éducation de base pour les chiens :

  • Assis, couché, la marche au pied, le retour, aller à sa place, être très sociable…
  • Et habituent le chien à aller travailler plus spécifiquement à l’école de chiens guides, jusqu’à des semaines entières passées à l’ école, et retour le week end dans les familles d’accueil.
  • Il est donc impératif que ces familles habitent à proximité de l’école.

L’apprentissage de son futur « métier »

A partir de l’âge d’un an environ, la vraie « spécialisation » du chien démarre, et va durer 6 mois.

Evitement d’obstacles, recherche de passage piétons, arrêt de bus, être à l’aise dans les transports en commun… autant de points travaillés et qui seront le quotidien du futur chien guide.
Ce travail de spécialisation est basé sur 3 phases successives : sensibilisation, apprentissage renforcé et prise d’initiative, toutes basées sur le renforcement positif.
Educateur et chien guide forment, durant cette période, un véritable duo, mêlant complicité, travail, jeux, caresses, tendresse et beaucoup d’amour.

Une fois formé, le chien guide valide ses « compétences » par un certificat d’aptitude au guidage.

Une fois formé, le chien guide sera remis à la personne non ou mal voyante avec qui il formera le meilleur duo.

Et c’est alors parti pour une bien belle aventure, qui va durer pas loin d’une dizaine d’années…

Puis sonnera l’heure de la retraite, le jeune retraité pourra alors être officiellement adopté par le maître avec qui il a formé ce joli duo, ou par une autre famille volontaire.

Si vous souhaitez participer au financement de l’éducation de chiens guides, et agir utilement en soutenant les écoles, je vous invite à cliquer sur le lien suivant :

http://www.lyon-chiensguides.fr/nous-aider/

Merci pour eux !