Mon chiot pleure la nuit : les solutions

Vous avez accueilli votre chiot depuis quelques heures seulement ?

Vous lui avez laissé le temps de découvrir, tranquillement, sa nouvelle maison, et les nouveaux humains avec qui il va faire sa vie, désormais ?

Alors arrive maintenant un moment important de sa nouvelle vie auprès de vous…

Et généralement redouté par les nouveaux maîtres de toutous : la première nuit de votre petit canidé !


Comment préparer au mieux cette étape ultra importante ?

Et surtout, éviter de grosses erreurs, qui pourraient nuire à la jolie relation à créer avec votre chiot, et créer du stress, bien inutilement.

Pleurs du chiot la nuit : pourquoi ?

Imaginez.
Il y a quelques heures à peine, vous étiez entouré(e) de vos frères et soeurs. De votre mère aussi.
Dans un environnement que vous connaissiez, depuis toujours. Des bruits, des odeurs, des objets. Connus, et rassurants.
La chaleur de vos frères et soeurs également. Les jeux, les bagarres. La présence de votre mère, toujours à vos côtés.

Puis ?
Vous arrivez dans un nouvel endroit. A découvrir totalement. De nouveaux objets. De nouveaux humains. De nouvelles odeurs.
Peut-être un nouveau congénère.
Fini les frères et soeurs, et maman !
Fini la chaleur ressentie en dormant tous les uns près des autres. Fini les odeurs rassurantes.

Tout est nouveau, et potentiellement stressant, anxiogène.
Même si ces humains, encore quasi inconnus, sont gentils et font tout pour que vous vous sentiez bien. Mais n’empêche. Tout est neuf pour vous.
Et voilà que maintenant il fait tout noir… Et que vous vous retrouvez tout(e) seul(e) dans une maison encore inconnue… Dans laquelle vous n’avez aucun repère.

Alors ?
A votre avis ?
Comment vous sentiriez-vous à ce moment précis ?
Au top de votre forme ? Sans doute pas !

Et pourtant, voilà exactement ce que va ressentir votre chiot au moment de débuter sa nouvelle nuit chez vous !


Alors inutile de vous préciser qu’il faudra vous montrer présent(es) pour lui, à ce moment-là.
Parce que vous, vous allez sans doute être sur votre petit nuage. Vous venez d’accueillir (enfin !) ce petit canidé tant attendu.
Mais lui ? Il se sentira perdu au milieu de montagnes de stress.

Comme vous l’aurez donc compris, le fait que votre chiot pleure la première nuit chez vous est, évidemment, complètement normal. Et logique par rapport à la grande nouveauté qu’il est en train de vivre.

Ce qui deviendrait anormal, ce serait qu’il continue à le faire en permanence. Cela deviendrait alors plus problématique.
Pour éviter d’en arriver là justement, voyons ensemble les erreurs classiques à éviter.
Et les bonnes pratiques à mettre en place.

Chiot qui pleure la nuit : les erreurs à éviter

Erreur #1 : isoler complètement son jeune canidé

« Faites-le dormir dans la salle de bain, ou dans le garage ! »

« Bah, la première nuit, il va pleurer, mais il comprendra vite. C’est l’histoire de quelques jours. »


Voilà les conseils qu’on entendait parfois, voire souvent, il y a quelques années encore.
De la part d’éducateurs canins bien sûr.
D’éleveurs aussi.
Ah oui, j’oubliais… De bon nombre de vétérinaires également ! Y compris de vétérinaires comportementalistes ?!

De nos jours ?
On doit toujours pouvoir entendre ce genre de « conseils ». Mais un peu moins tout de même.
Le côté « éducation canine positive » est passé par là, entre temps. Tout comme la notion de bien-être animale, de plus en plus développée.
Et heureusement.

Alors que faut-il penser de ce type de préconisations ? Quelque peu « à la dure », ou « à l’ancienne » ?

Eh bien, personnellement… Comment dire… Je les trouve assez… Stupides ! 😉

Et vraiment à proscrire.


Que risquent-elles d’apporter ?

Eh bien, tout simplement du stress supplémentaire pour votre chiot.

Si vous avez lu le début de cet article, vous pouvez facilement imaginer, et ressentir, l’anxiété dans laquelle cette première nuit peut plonger votre toutou.

Alors le laisser seul, complètement ? A quoi cela peut-il bien l’aider ??
Personnellement, je n’ai toujours pas trouvé… 😉

Et déconseille donc fortement ce genre de pratique, d’une autre époque.

A noter, si vous avez déjà un autre chien, alors là, les choses sont différentes.
A voir s’ils ont déjà bien eu le temps de faire connaissance.

Mais pour votre nouveau loulou, dormir à côté d’un grand frère (ou grande soeur) « canis lupus familiaris », peut être, alors, tout à fait intéressant.

education-chiot

Erreur #2 : laisser son jeune chien gémir continuellement

« Surtout, laissez-le faire, et n’allez pas le voir ! »

« Il va vous tester quelques jours… Pour voir si vous tenez ou pas… Alors il faudra bien le laisser pleurer. »


Ah… Voilà une autre belle idée reçue, ou farfelue, concernant les pleurs des chiots lors de leur arrivée dans leur nouvelle maison.


Tout cela est étroitement lié, comme souvent, à la perception qu’on peut avoir des chiens.
Et notamment à la théorie de la hiérarchie, dont nos compagnons canidés se réfèreraient continuellement, pour le moindre de leur choix.

Si votre chiot pleure la première nuit ? Oui, bien sûr, il peut être stressé. Cela, c’est ok.

Mais si vous allez le voir, alors vous apparaîtrez immédiatement, à ses yeux, comme un être faible.

Quelqu’un qui ne pourra pas tenir le rang de « référent ».
De « leader ».

Bref, votre petit canidé aura alors compris, en une fraction de seconde, qu’il pourra vous tester, pour tout et n’importe quoi, désormais. Et votre nouvelle vie ensemble, à peine démarrée depuis quelques heures, se transformera, inéluctablement, en la recherche permanente de qui « sera le boss ».


Alors qu’en le laissant stresser, s’angoisser, voire se mettre à redouter les prochaines nuits, alors là, vous appuyez votre rôle tant espéré de « leader ».

De « dominant ».

De « chef de meute ».

Eh oui… Avec cette notion de hiérarchie comme référence, tout comportement du chien, et réaction de votre part, devient connoté dans ce sens.

Et il devient quasi impossible d’imaginer que votre chiot soit juste très apeuré et stressé par cette première nuit, passée seul. Et qu’il ne vous percevra pas comme un être faible si vous venez le voir…
Mais juste comme la personne qui va venir lui apporter du réconfort.

Donc, s’il vous plait, sortez de ces notions de hiérarchie, de « qui est le boss »… Et occupez-vous du bien-être de votre loulou, tout simplement.

Mais attention, je ne vous dis pas non plus d’accourir au moindre petit gémissement de votre chiot… 😉

Erreur #3 : s’obstiner… Et continuer « plus de la même chose » avec son chiot

« Votre chiot a pleuré la première nuit chez vous ? Mais vous n’avez pas cédé ? Et êtes restés bien tranquillement dans votre chambre ? C’est bien.

Il a pleuré de nouveau les nuits suivantes ? Eh bien, il vous teste bien, là ! Mais surtout, continuez, il va finir par céder… »


Voilà, voilà.
Les conseils que l’on peut encore entendre, quand les gens sont obnubilés par la vision hiérarchique de la relation à créer avec les chiens.
Ils s’enferment alors dans leurs interprétations, devenues vérité établie à leurs yeux. Et ne peuvent percevoir la situation différemment.

Si votre chiot continue à pleurer chaque nuit quand il est seul, loin de vous ?
Non, ce n’est pas qu’il vous teste et que, du coup, il a « un sacré caractère de dominant ! ».

C’est sans doute, probablement, qu’il est toujours aussi stressé la nuit. Et qu’il anticipe peut-être même, désormais, ces grands moments d’angoisse pour lui.
Et donc, il faudra rapidement faire autrement, sinon les choses risquent même d’empirer !

Parfois, souvent même, les explications ou interprétations les plus simples d’une situation, sont les meilleures !

Votre chiot pleure toutes les nuits… C’est tout simplement qu’il n’est pas bien… Toutes les nuits ! C’est simple, non ?

chiot-endormi

Mon chiot pleure la nuit : les solutions

Solution #1 : faire dormir son chiot près de soi, dans la chambre

« Ouh là… alors là, attention… vous prenez le risque de voir votre chien devenir capricieux, dominant… Ou qui ne voudra plus dormir ailleurs ! ».


Vous l’attendiez, ce genre de commentaires, non ? 😉
Assez fréquent, en effet !

Et d’un côté, il peut presque s’entendre. Et se comprendre.
Sauf qu’il s’agit simplement d’aider votre chiot à surmonter le grand stress que va créer sa première nuit, s’il reste seul.

Et l’idée n’est pas de le faire dormir AVEC vous, dans votre lit. Mais simplement PRES de vous, dans votre chambre.
Il vous sentira.
Vous entendra si besoin.
Vous verra également, et se sentira moins seul.

Et vous lui préparez un petit coin bien agréable, douillet, confortable (nous en parlerons dans la suite de cet article).
Avec un parc à chiot par exemple.
Ou une caisse.
Ou tout simplement un panier.

Par la suite, très progressivement, vous éloignez son panier, sa corbeille, ou son parc de votre lit.

Puis de votre chambre.
Au fil des jours.
Jusqu’à atteindre le lieu de couchage que vous avez choisi pour votre chien. Par exemple dans le salon, ou dans la cuisine.


Mais de cette manière, il dormira bien là où il devra le faire dans les semaines et mois à venir. Mais la transition aura été faite progressivement. Et il ne se sera pas retrouvé, à peine arrivé chez vous, seul la nuit, dans le séjour ou la cuisine.

Solution #2 : dormir, soi-même, près de son chiot

Voici la solution que je préfère, et celle que je trouve la plus simple !

Car vous n’aurez besoin d’aucun effort particulier pour déplacer, progressivement, le coin « nuit » de votre chiot (son parc, son panier…).

Vous le mettez directement là où vous le désirez (cuisine, séjour…), et c’est vous qui venez à proximité !
Et vous dormez alors, pour quelques jours simplement, sur le canapé, ou sur un matelas dans la cuisine, ou un relax… Bref, un peu de camping à prévoir pour vous, certes, mais cela est pour le bien de votre loulou !

Vous pouvez bien faire cela pour lui quand même, non ? 😉


Personnellement, c’est la solution que je préconise toujours. Et que j’ai faite, moi-même, pour mes différents chiens.

chien-qui dort

Solution #3 : préparer un coin douillet à son canidé

Que vous optiez pour le faire dormir près de vous, ou vous près de lui, il vous faudra tout de même préparer un joli petit coin douillet pour votre toutou.
Je vous invite vraiment à utiliser également un parc à chiot.

Vous pourrez y placer dedans tout ce dont votre jeune canidé a besoin :

  • des jouets bien sûr,
  • des couvertures confortables
  • son panier, corbeille, ou cage/caisse si vous le souhaitez

Pensez à prévoir un panier pas trop grand au départ. Les chiots sont rassurés dans des endroits restreints. Ils s’y sentent plus en sécurité.

Si vous optez, dès le départ, pour un grand panier, une grande corbeille, pour éviter de multiplier les achats au fil de la croissance de votre canidé, alors prévoyez d’y placer plusieurs couvertures, pour bien « remplir » le panier. Et faire en sorte que votre toutou s’y sente vraiment bien. Et en sécurité.


Vous pourrez trouver différents paniers à partir de ce lien.


Vous pouvez aussi ajouter à son panier, son parc, un tissu que vous aurez récupéré chez l’éleveur, et qui aura été imprégné par l’odeur de la mère de votre chiot.
Cela pourra le rassurer, et l’aider à passer sa première belle nuit chez vous.

Il est aussi tout à fait possible d’ajouter, sous une couverture, une bouillote, afin que votre loulou ressente une chaleur identique à celle que créaient ces frères et soeurs, les jours précédents.
N’hésitez vraiment pas !

Il existe aussi désormais des dispositifs censer aider les chiots à s’apaiser, à gérer le stress des premiers jours.
Il s’agit des produits Adaptil.

Ces produits sont basés sur le principe des phéromones.


Et reproduisent les phéromones produites par la chienne (l’apaisine) et relaxantes, apaisantes pour les chiots.
Ces dispositifs existent sous forme de « prise » à brancher, spray, ou collier.
Je vous conseilles plutôt les 2 premières formes.

education-canine-chiot

Solution #4 : préparer au mieux la nuit de son toutou

Bien sûr, au-delà des préconisations que vous venez de découvrir ci-dessus, il est tout à fait intéressant, et complémentaire, de penser à préparer au mieux votre chiot à sa première nuit.

Par exemple, lui proposer, avant d’aller vous coucher, une activité qui va, à la fois, le fatiguer, et à la fois l’apaiser.

Comme, idéalement, une activité de mastication.
Pour cela, rien de tel que des friandises naturelles et saines.

Ou des jouets à fourrer, type Kong (pas obligatoirement cette marque, bien évidemment).


Pour être sûr(e) de vous procurer des produits de qualité ?

Aucune hésitation, foncez sur le site « Canigourmand » !

Avec le partenariat créé avec ce génialissime site, vous bénéficiez de 5de réduction, lors de votre 1ère commande, avec le code de parrainage à utiliser : MAITREETCHIEN.

Pour vous rendre sur le site ? C’est ici !

Logo-canigourmand


Voilà.
Vous savez maintenant tout, ou presque, pour réussir la plus belle des 1ères nuits pour votre chiot.

Et surtout ?

Profitez des moments passés avec lui… Nos compagnons à 4 pattes grandissent bien vite !


Laisser un commentaire