Parc à chiot : bonne ou mauvaise idée ?

Vous venez d’accueillir votre chiot, ou devez le faire tout prochainement ?
Alors il est temps de vous pencher sur son éducation… Et sur le sujet du parc à chiot !
Thème assez polémique d’ailleurs. Beaucoup de personnes s’exprimant largement sur ce type de matériel canin, avec des avis et conseils bien tranchés. Voire des jugements, souvent trop hâtifs.
Je vous propose, dans cet article, de faire un point complet sur l’enclos pour jeune toutou. Et vous verrez rapidement qu’il peut s’avérer bien utile !
Une précision utile pour la suite : nous utiliserons, sans distinction, et pour plus de praticité, les termes de « parc à chiot », « enclos à chiot », « cage », ou encore « caisse de transport ».

Enclos pour chiot : pour une bonne gestion de l’environnement

Bien…
Commençons par ce truc bizarre qu’est « la gestion de l’environnement« … C’est une expression qui risque de devenir bien familière pour vous si vous vous apprêtez à partager votre quotidien avec un jeune canidé.
Les chiots aiment découvrir, explorer, sentir, renifler, mordiller…
Bref, profiter au maximum de l’environnement qui est à portée de pattes, de truffe… Et de dents !

Alors, bien évidemment, sur le principe, c’est très important pour eux, qu’ils puissent découvrir un maximum d’environnements, et d’être confrontés à de nouveaux stimuli… Et le tout, positivement ! (C’est indispensable !)
Mais leur environnement quotidien est aussi rempli de divers objets qu’on voudrait bien voir rester intacts (chaussures, pantoufles, coussins, télécommandes…), ou qui peuvent être particulièrement dangereux (fils électriques notamment).

Du coup, il est important de mettre en place une bonne « gestion de l’environnement ». Qui consiste, d’une part, à ranger tout ce qui peut l’être facilement, et qui est potentiellement mangeable par le petit canidé, et, d’autre part, à poser des limites aux déplacements du chiot (du moins aux moments souhaités).
Dans ce cadre-là, on peut recourir à des barrières, pour limiter l’accès à certaines pièces ou lieux (escaliers), ou, justement, à des parcs ou enclos pour chiots.
Le parc à chien prend alors vraiment toute sa place et son utilité dans cet objectif.
Fournir un lieu sécurisé (et sécurisant – nous y reviendrons dans la suite), tant pour le chiot, qui peut être confronté à de multiples dangers, que pour l’environnement lui-même.

Les autres utilités d’un parc à chiot

un lieu rassurant pour le jeune toutou

Au-delà de son intérêt dans la mise en place d’une gestion de l’environnement efficace, l’enclos pour chiot présente d’autres intérêts.

Tout d’abord, celui de créer un lieu rassurant pour le chiot.

A condition, bien évidemment, de l’habituer correctement à celui-ci. (Voir la suite de cet article pour cela.)
On va, bien sûr, éviter d’enfermer le chiot du jour au lendemain dans son parc ou sa caisse, sans aucune habituation, et ce, pendant plusieurs heures !
Bien sûr que non !


Au contraire, il est essentiel d’avancer progressivement, vers un objectif clair : on veut que le chiot adore son parc ou sa caisse !

Que ce soit son endroit à lui, son repère.
Là où il courra se réfugier quand il en aura besoin.
Là où il se sentira totalement en sécurité. Où il pourra se reposer, en paix.

un lieu de repos pour le chiot

En parlant de se reposer, le parc présente aussi cet immense avantage… D’offrir un espace dans lequel le petit toutou pourra s’endormir, quasi instantanément !


Vous le voyez déjà peut-être, ou le constaterez bien vite, les chiots ont souvent des « quarts d’heure de folie », des grands moments d’excitation… Cela est un grand classique pour nos amis canidés !
Mais les moments d’excitation, d’irritabilité sont aussi, bien souvent, des moments où les chiots ont grand besoin de faire une belle sieste !

Et alors, disposer d’un endroit, fermé, rassurant, que les chiens adorent, permet bien souvent de les faire plonger quasi immédiatement dans les bras de Morphée !
Et ces moments seront fort précieux… Pour eux… Et pour vous ! 😉

une aide pour l’apprentissage de la solitude et de l’autonomie

Le parc à chiot a aussi l’avantage d’aider à l’apprentissage de l’autonomie et de la solitude du chien, tout en offrant un espace sécurisé.
Mais attention !
L’idée est bien d’aider à l’autonomie, et à la solitude du chiot, quand l’apprentissage au parc est lui-même bien réalisé.

Mais en aucun cas, le parc ne doit se substituer à ces apprentissages !


L’idée n’est pas du tout d’enfermer, du jour au lendemain, le jeune canis lupus familiaris des heures durant, dans son parc ou sa cage !

Il faudra réaliser tout un apprentissage, pour qu’il y entre déjà.

Puis, pour qu’il puisse y passer quelques instants.
C’est seulement une fois habitué, qu’il pourra alors y passer un moment seul, avec des jouets d’occupation.

Et d’ailleurs, c’est souvent à cause des mauvaises utilisations du parc – où l’on place directement le chiot des heures durant ! – que ce matériel a été bien souvent décrié !

un peu de tranquillité pour les autres animaux

Enfin, une dernière utilité de l’enclos pour chiot, et à laquelle peu de personnes pensent, concerne également les autres animaux de la maison.
Notamment si vous avez déjà un, ou des, autre(s) canidé(s).
Bien souvent, les chiots sont fous des chiens adultes, leurs grands frères, ou grandes soeurs, qu’ils découvrent dans leur nouvelle maison !


Alors même si, généralement, la cohabitation se passe très bien, les jeunes canidés peuvent, ponctuellement, se montrer bien « harceleurs » avec leurs aînés. Qui ont besoin, ou sont habités, à plus de calme dans la journée, et de repos.

On peut alors tout à fait leur donner accès à une pièce différente, et fermée, pour qu’ils retrouvent un peu de paix et de sérénité.
Mais si cela n’est pas possible, ou souhaitable, alors le parc à chiot est la solution idéale !
L’aîné peut dormir ou tout simplement être tranquille un moment, tandis que le petit canidé est dans son super parc… Soit en train de faire une jolie sieste, soit en étant occupé avec des jouets ou friandises à mâchouiller !
Et tout le monde est heureux !

education-canine

Les types de parcs à chiots

Je passerai rapidement sur ce point, dans cet article.
Vous pourrez vous reporter à notre article complémentaire : « Parc à chiot : faire le bon choix« .

Vous trouverez, très facilement, en animalerie, ou sur le net, de nombreux modèles de parc ou d’enclos pour chiens.

On peut déjà distinguer le type même « d’enclos » que vous souhaitez :

  • véritable parc ou enclos
  • cage
  • caisse de transport

Le parc présente l’avantage (ou l’inconvénient !) d’être plus grand, et de proposer plus d’espace pour le chiot.

Il en existe en version métallique, ou en tissu.

Bien vérifier la taille lors de votre achat si vous optez pour ce type de modèle.
Et gardez bien en tête, également, que votre chiot, selon sa race, peut grandir très rapidement !

C’est donc bien, pour limiter les frais, que le parc reste adapté un moment tout de même.
Ce genre de parc, a priori, est destiné aux chiots seulement, et amené à ne plus être utilisé quand le chien sera plus grand.


Vous pourrez trouver quelques très bons modèles, à prix très accessible à partir de ce lien.


La cage ou la caisse de transport peuvent être utilisées dès le plus petit âge du chiot… Et conservées (ou rachetées !) une fois le chien adulte.
Bien sûr, c’est comme vous voulez.

Mais nombreux sont les chiens qui apprécient ces lieux.
Pas forcément besoin de fermer la porte d’ailleurs. Elle ne peut l’être que très ponctuellement. (En tout cas, je le répète, l’idée n’est pas d’enfermer le chien des heures durant dedans, pour s’affranchir de l’apprentissage de la solitude !)
Une fois adulte, la porte de la caisse ou de la cage, peut être fermée dans certains circonstances.
Par exemple, pour un chien réactif, ou craintif, envers les humains. Il peut être très rassurant, pour tous, d’isoler le chien dans sa cage, quelques minutes (et avec de quoi s’occuper !) lors de l’arrivée et du départ des invités.

Cage et caisse pour chiot et chien présentent aussi l’immense intérêt d’être très facilement rassurantes pour nos amis canidés… Car elles ont « un toit » sur le dessus !
Et les chiens, généralement, adorent cela !
Pour une cage, il suffit de placer un tissu dessus, et qui masque aussi les côtés, pour très facilement créer un repère ultra sécurisant pour un canidé un peu sensible et craintif.

Il existe aussi des versions en tissu, repliables, qui peuvent être fort pratiques pour des déplacements, et placer le chien, dans un lieu rassurant, à tout moment, et si besoin.

A vous de voir ce que vous préférez !
Et aussi, il faut bien le dire, ce qui se fondra le mieux dans votre intérieur !

chiot-dans-un-parc-a-chiot

Habituer son chiot à son parc ou à sa caisse

Voilà un thème capital pour nos amis à 4 pattes !

Comment les habituer à leur futur parc ?


Les 2 qualificatifs à garder en tête pour faire apprécier à son chiot une caisse, une cage de transport ou un parc, sont : progressif et positif !
Et, je le répète, l’utilisation de ce type d’accessoires canins ne doit en aucun cas se substituer aux apprentissages indispensables (comme ceux de la propreté, ou de la solitude).

étape 1 : installez la caisse ou le parc, et laissez votre chiot le découvrir

Installation dans le séjour plutôt, pour une simple question de place.
Prévoyez également une couverture, ou autre, pour mettre sur le fond, afin de rendre la surface plus agréable, et silencieuse, pour le jeune canidé.
Laissez votre chiot observer, s’approcher, et découvrir ce nouvel élément, s’il le souhaite.
Si, dans un 1er temps, il préfère garder ces distances, alors très bien.

Ne le forcez pas !

Récompensez, avec des friandises, ou en jouant, là où votre chiot se sent le plus à l’aise.
Vous pouvez aussi lancer des friandises près de la cage, puis loin. Et alterner ainsi, en veillant simplement à ne pas en mettre à l’intérieur, pour le moment.

étape 2 : faites entrer votre chiot dans le parc

Pour cela, lancez des friandises, ou un jouet, à l’intérieur du parc ou de la caisse. Assez proche de l’entrée.
Et laissez votre chien entrer joyeusement dans ce nouvel endroit.
S’il se précipite à chaque fois, gaiement, pour aller chercher son jouet ou la nourriture, alors aidez-le à entrer encore plus dans le parc, en lançant le jouet ou les friandises un peu plus loin.
Si, à l’inverse, votre toutou semble hésiter, ou s’étire, se tend, pour récupérer ses trésors, alors c’est qu’il n’est pas encore assez prêt.
Recommencez vos lancers plus proches de l’entrée de la caisse.
Surtout, ne cherchez pas à aller trop vite dans cette étape.
Il n’y a pas de bonne ou mauvaise progression. Seule compte celle de votre canidé ! Donc à vous de vous adapter à son rythme !

Cette étape prend fin lorsque votre chiot entre dans la cage ou le parc, joyeusement, et bien jusqu’au fond.

étape 3 : faites rester votre chien dans son enclos

Dans cette phase, l’idée est désormais de faire rester le chiot, de manière très progressive, plus longtemps dans sa cage.
Comment faire ?
Envoyez votre canidé au fond de son parc grâce à des friandises. Puis, avant qu’il ne sorte, donnez-lui en une, supplémentaire. De manière à ce qu’il reste 1 ou 2 secondes de plus dans sa caisse.
Puis, il suffira de répéter cette opération, tout en augmentant, très progressivement, le temps passé à l’intérieur du parc, en donnant davantage de friandises, les unes après les autres.
Ou en jouant.
On veillera aussi à espacer le temps entre les friandises, de manière à ne pas trop en donner tout de même, mais en travaillant bien !


Un petit repère de temps à atteindre ?
Votre objectif pour cette étape sera de faire patienter votre chiot à l’intérieur de sa caisse de transport durant 30 secondes, tout en distribuant 5 friandises. 🙂

chiot-bouvier-bernois-dans-un-parc-a-chiot

étape 4 : fermez la porte de l’enclos

Dans un premier temps… On ne va même pas la fermer en fait !

Mais plutôt simplement la manipuler, lui faire faire des va-et-vient calmes, pendant que le chiot mange des friandises, ou joue, dans le parc.
Puis, on fermera réellement la porte.
Avec le loquet s’il s’agit d’une cage métallique, ou caisse de transport, ou la fermeture éclair s’il s’agit d’un parc ou d’une caisse en toile.

Juste 1 seconde. Tout en donnant des friandises.

Puis, on augmentera, de quelques secondes, très progressivement cette durée, tout en occupant le jeune canidé.
Si le chiot se met à un moment à gémir, monter après la porte… Bref, fait comprendre qu’il veut sortir, c’est que vous êtes allé trop vite.
Recommencez alors à une durée plus courte. Et ré-augmentez très progressivement.
Le repère à bien garder en tête : votre chiot doit être content dans son parc !

étape 5 : augmentez la durée à l’intérieur du parc, porte fermée

L’idée, maintenant, est, comme vous l’aurez compris, d’augmenter, plus significativement, le temps que va passer le chiot à l’intérieur de la cage de transport, porte fermée.
Restez à côté du parc tout au long de cette étape, à la vue de votre chien.
Donnez-lui une belle friandise à mâchouiller (oreille de cochon, Kong fourré…). Qui l’occupera bien, tout en vous permettant de jouer plus facilement sur la durée de l’exercice.
Vous pourrez, après quelques répétitions, rester proche de votre chiot mais pas à proximité immédiate. Vous pourrez vous assoir sur le canapé par exemple, toujours en vue de votre chien.
Il faudra refaire cette étape à plusieurs reprises, pour être sûr(e) de la réaliser parfaitement pour votre toutou.

étape 6 : éloignez-vous davantage de l’enclos

Et ce, bien sûr, pendant que votre jeune toutou est occupé à mâcher sa friandise.
Levez-vous, déplacez-vous un peu dans la pièce, puis revenez à proximité du parc, tandis que votre chiot continue à s’occuper de sa friandise, ou jouet d’occupation.
Recommencez plusieurs fois cette opération, en allant vaquer de plus en plus longtemps – progressivement ! – à vos occupations, pendant que votre canidé reste dans son enclos.
Pas besoin de lui parler, même si, lui, risque fort de vous observer.
Mais il s’habituera vite, et se focalisera sur sa friandise (en choisir 1 bien appétente, bien sûr !).

étape 7 : quittez la pièce, tout en laissant votre canidé dans sa cage

L’idée est toujours la même : on s’absente, dans un 1er temps, sur une durée très courte, alors que le toutou est parfaitement bien occupé dans sa cage.
Vous pouvez par exemple tout simplement vous rendre dans une autre pièce, et revenir immédiatement.
Progressivement, vous passerez à 1 ou 2 minutes d’absence, puis plus si votre chien réagit bien et est bien occupé.
Puis vous pourrez passer à plusieurs minutes, jusqu’à 15 environ.
Et, si tout va toujours bien pour votre chiot, alors vous pourrez, progressivement encore, et en veillant à adapter les friandises, aller jusqu’à 30 mn.
Puis augmentez la durée par tranche de 15 minutes, ou 30, par exemple.
Vous pourrez aller jusqu’à un temps de 2 heures environ.


Pour une période assez longue comme celle-ci, et même à partir de 30 minutes, veillez bien à ce que votre chiot ait fait ses besoins avant. Et se soit défoulé.
Et à lui laisser de quoi mâchouiller, et s’occuper, bien sûr.



Vous ne savez pas où commander des friandises 100% naturelles et saines pour votre loulou ?
Alors direction le génialissime site « Canigourmand » !
Vous y trouverez un choix de friandises extraordinaire !

Et bénéficiez d’une remise de 5€ sur votre 1ère commande, avec le code de parrainage (à renseigner lors de votre inscription) : MAITREETCHIEN (oui, oui, il y a 2 « E »)

Logo-canigourmand




Nous voilà arrivés à la fin de notre aventure « Parc à chiot »…

Maintenant ?
C’est à vous de jouer ! 🙂

Et amusez-vous bien avec votre chiot, profitez-en !
Ils grandissent tellement vite !

Cliquez ICI pour découvrir la Méthode Education 2+ Chiots !

Ce nouvel article pourrait vous intéresser :

<< Parc à chiot : les 2 erreurs à éviter >>



Laisser un commentaire