Tout savoir pour réussir l’accueil de votre chiot


Accueillir un chiot
demande beaucoup de réflexion…

 

Quel toutou choisir ? Quelle race ? Quelle taille ?

 

Quel caractère vous conviendra parfaitement ?

 

Et puis, une fois le canidé choisi… Vient le grand jour ! 🙂

 

Le jour où vous accueillerez enfin votre petit loulou ! Cette étape est cruciale… Parce qu’il s‘agit d’un grand chamboulement… Pour lui… Et pour vous !

Alors, il est fondamental de bien la préparer, et de savoir exactement quoi faire.

 

Surtout que, très rapidement après, vous pourrez passer à une autre phase très importante de la nouvelle vie de votre chiot : son éducation !

 

Prenez quelques instants pour parcourir cet article.

 

Il vous présente TOUT ce que vous devez absolument connaître pour bien accueillir votre chiot !

 

Bonne lecture !

 

 

Avant d’accueillir votre chiot

 

S’il y a bien une chose de sûre, c’est que l’accueil de votre chiot n’est pas à prendre à la légère !

Il va donc vous falloir l’anticiper au maximum, afin de mettre toutes les chances de votre côté.

Et préparer beaucoup d’éléments indispensables au bien-être de votre futur canidé.

Gardez bien en tête les éléments que vous allez découvrir dans cet article.

 

 

Les contacts avec l’éleveur

 

Peut-être allez-vous adopter votre chien auprès d’une élevage canin professionnel. Et c’est une très bonne solution, si vous recherchez une race particulière.

 

Sinon, bien sûr, pensez également à tous les refuges, ou associations animales (type SPA) qui proposent, eux aussi, régulièrement des chiots. L’adoption en refuge est alors, aussi, un joli geste 🙂

 

Mais quoi que vous fassiez, il sera intéressant, pour votre toutou et vous, de suivre quelques éléments importants :

Par exemple, aller visiter plusieurs fois l’élevage, ou le refuge. 

Pour voir les chiots, observer leur comportement, les manipuler, discuter avec l’éleveur ou le personnel de l’association.

Idem si vous prenez votre futur chien chez un particulier bien sûr, même si les visites seront probablement moins faciles à organiser.

Ces moments vous permettront aussi de nouer des premiers liens avec votre chiot.

Et vous assurer, également, que tout va bien.

 

Mais aussi, et cela est très important, vous pourrez demander des informations essentielles pour le premier jour avec votre canidé.

Par exemple, que mange t’il actuellement ?

Très probablement des croquettes.

Vous pourrez déjà acheter les mêmes, pour avoir un stock chez vous.

 

Si vous devez très rapidement mettre un collier (ou harnais) à votre loulou – et cela sera quasiment sûr -, vous pouvez aussi tout à fait demander à l’éleveur de le mettre, juste quelques instants, au chiot, régulièrement.

Celui-ci sera alors déjà un peu habitué, quand vous devrez lui mettre. Cela peut donc déjà lui enlever un stress complémentaire.

 

Les premiers jours avec sa famille humaine risquent déjà d’être assez stressants pour le jeune canis lupus familiaris… Pas besoin d’en rajouter avec le collier !

 

 

Le matériel nécessaire… Et attendu par votre futur chien !

 

 

La gamelle

 

 

Enfin, plutôt « les » gamelles… Puisqu’il vous en faudra 2, bien sûr.

Une pour les repas de votre chiot, et l’autre pour son eau.

 

Vous trouverez très facilement, soit en animalerie, soit directement en ligne, tout un tas de modèles possibles !

 

Comment choisir une bonne gamelle pour votre loulou ?

 

Eh bien, ce sera selon votre convenance, et selon votre budget ! 😉

 

Personnellement, je vous conseille des gamelles en inox. Résistantes, faciles à nettoyer, et donc « saines », elles présentent beaucoup d’avantages.

 

Un point important :

certaines sont équipées d’un joint en caoutchouc, sur le fond. Afin de bien accrocher au sol, et de ne pas faire trop de bruit. Cela peut être bien intéressant !

Même si, en règle générale, on met un tapis, une serpillère, quelque chose, sous les gamelles… Pour éviter trop de saletés de la part de nos jeunes toutous !

Le joint en caoutchouc peut, tout de même, être utile sur un support comme celui-ci.

Donc autant opter pour !

 

Selon l’appétit qu’aura votre canidé, vous pourrez également opter pour une gamelle « anti-glouton ».

Elle présente des « reliefs » sur le fond, qui demandent donc aux toutous plus de temps pour récupérer toutes les croquettes.
Sinon, encore mieux… Un tapis de fouille ! Mais à prévoir, peut-être, dans un deuxième temps, ou en plus.

En tout cas, cela peut faire une super activité pour votre chien, donc vraiment à garder en tête !

Bien sûr, il faudra veiller à nettoyer très régulièrement les gamelles de votre toutou, pour les maintenir toujours propres.

 

Un petit truc :

 

il est fort possible que votre chiot s’amuse beaucoup avec sa gamelle d’eau ! Un grand classique est de mettre les pattes dedans, et de gratter, pour tout faire sortir !… Plutôt que de boire tranquillement. 😉

 

 

chiot-gamelle

 

Le couchage de votre chiot

 

 

Panier en osier, panier en plastique, matelas, simple couverture, cage… Le choix du couchage de votre futur chiot est large !

Là aussi, ce sera à vous de choisir…

 

Un critère un peu bête concerne aussi la couleur, l’esthétique. En effet, même si ce couchage ne se verra pas forcément immédiatement chez vous, nombreux sont les maîtres qui opteront pour un coussin qui leur semble joli !

Mais bien sûr, cet aspect n’est pas vraiment le plus important !

 

Un panier en osier par exemple, peut être intéressant, car assez résistant (et souvent joli). Mais, attention, le chiot pourra facilement le mordiller. Et se blesser, ou avaler des petits morceaux.

 

Une bonne alternative est alors une corbeille en plastique dur, beaucoup plus résistant que l’osier. Vous pourrez disposer, à l’intérieur, un matelas bien épais, pour le confort de votre loulou.

Reste généralement un petit hic : le bord de la corbeille. Dur donc, et pas forcément très agréable pour que le toutou y pose sa tête.

A combler avec le coussin, ou une couverture supplémentaire.
Sinon, un simple matelas, dense, fera très bien l’affaire.

 

Attention, il est fort probable que le chiot « s’attaque » à un moment ou à un autre, à sa corbeille, son matelas… Bien lui retirer à ce moment-là, pour éviter toute ingestion de morceaux de mousse, ou duvet qui compose l’intérieur.

 

Quelle taille choisir ?

 

Parce que le chiot que vous allez accueillir ne pèsera peut-être que quelques kilos, le jour J… Mais en fera peut-être plusieurs dizaines d’ici quelques mois ! Donc, bien évidemment, le panier devra être de taille différente.

 

Vous avez alors deux possibilités :

soit vous achetez un 1er panier intermédiaire.

Il servira donc de couchage pour votre chien lors de ses premiers mois seulement. Vous pouvez alors, volontairement, limiter le coût de cette première corbeille sachant qu’elle ne sera pas gardée très très longtemps (et qu’elle risque bien de subir la fureur du petit monstre canidé !)

 

Soit vous optez pour directement acheter un panier de grande taille, que votre chien gardera, une fois arrivé à l’âge adulte.

Du coup, bien évidemment, ce panier risque fort d’être beaucoup trop grand pour les premiers jours (voire mois) de votre toutou chez vous. Il vous suffira alors de le combler avec des matelas, ou grosses couvertures, pour que votre toutou s’y sente comme chez lui !

Dans son petit cocon, bien à l’abri. (Les chiens aiment bien être dans un espace restreint, « fermé », qui leur parait alors sûr).

Pour être sûr(e) de trouver le bon matériel pour votre chiot ?
Je vous invite à cliquer sur cette page.

 

 

 

Les jouets

 

 

Bien évidemment…

Votre toutou vous attendra au tournant sur ces éléments !

 

Présence obligatoire !! 🙂

 

Pour que votre loulou s’occupe tout seul, bien sûr. Mais aussi avec vous. Jouer ensemble est probablement la meilleure manière de créer de bons liens. 🙂

Attention à la qualité de certains jouets, au plastique vraiment peu résistant. Il est important que votre chiot n’avale pas de morceaux (notamment la partie qui peut « couiner »).

 

Privilégiez les jouets à mâchouiller (corde, jouet en tissu très résistant, kong adapté à la taille et à l’âge de votre canidé).


Prévoyez un peu de stock quand même… Les chiots explorent beaucoup avec leurs dents, dans leurs premiers mois.
Beaucoup de mordillements à prévoir !

Et les petites dents de nos toutous sont bien pointues !

 

Une petite astuce :

 

il sera important de créer un « roulement » avec les jouets.

De manière à ce que votre loulou ne les ait pas tous, en même temps, toujours à disposition. Il se lasserait obligatoirement de certains. Alors que si vous les faites apparaître, pour quelques jours, puis disparaître, puis réapparaître, ils risquent fort de rester beaucoup plus motivants pour votre canidé, sur le long terme.

 

Les friandises pour chiot

 

Vous pourrez aussi prévoir, dès l’arrivée de votre chiot, d’avoir tout un stock de friandises !
Aussi bien pour le rassurer, le mettre plus à l’aise, le récompenser déjà, créer des premiers liens avec lui… Que pour l’occuper !
Car il existe désormais de très nombreuses friandises d’occupation pour chiots !
Saines, naturelles, sans danger pour votre jeune canidé.

Ces friandises présentent de multiples avantages pour votre chien… Sa sécurité… Et votre tranquillité !
Elles lui permettront, notamment, de pouvoir « se faire le dents » sereinement, sans avoir à s’attaquer à divers objets plus précieux pour vous. 😉 Ou dangereux.
Type chaussures, télécommandes, pieds de meubles, téléphone, fils électriques…

Pour trouver les meilleures friandises naturelles pour chiots :


Logo-canigourmand

 

Vous bénéficiez d’une remise de 5€ sur votre 1ère commande, avec le code de parrainage : MAITREETCHIEN.
Profitez-en !

 

Laisse, collier, et harnais

 

 

Idem que pour le couchage. Là, il vous faudra obligatoirement prévoir des accessoires à changer, au fil des mois qui passeront.

 

Collier ou harnais, pas vraiment de choix imposé. A vous de voir ce que vous préférez.

En gardant un point important en tête : quel que soit votre choix, il vous faudra obligatoirement éduquer votre chiot pour la marche en laisse !

Ce n’est pas parce qu’il aura un harnais, qu’il ne vous tirera pas si vous ne lui apprenez pas !

Au contraire, le harnais peut même se montrer, pour les toutous, beaucoup plus pratique pour réaliser la traction de leur maître tout au long des balades ! 😉

 

Si vous optez pour un harnais, je vous suggère plutôt un modèle en « H », ou en « Y ».

Evitez les modèles en « T » (type « Julius », pourtant, le plus connu quasiment !), qui peuvent entraver les épaules.

 

Si vous préférez un collier, un modèle en tissu sera parfait.

 

Abandonnez de suite toute idée de collier étrangleur, semi-étrangleur, ou « à pointes ».

Cela n’a absolument aucun intérêt !

Je le répète, il faudra apprendre à votre loulou à marcher en laisse. C’est la solution la plus simple et la plus agréable, pour les maîtres… Et pour les toutous.

 

Au niveau de la laisse, si votre chiot est vraiment de petite taille, il faudra bien faire attention au poids de celle-ci. Car avec le mousqueton, cela représenter, finalement, un peu de poids sur le cou du jeune canidé.

 

Oubliez dès maintenant les laisses trop courtes, de moins d’1m ou 1m50. Elles seraient totalement inutiles, et « obligeraient » quasi votre chien à tirer.

Privilégiez donc les plus longues. Idéalement avec plusieurs points d’attache, cela est tellement pratique !

 

Pour les laisses à enrouleur, je peux comprendre l’intérêt, éventuel, pour des petits chiens, quand on les promène en ville… Et encore…

Mais sinon, je vous les déconseille fortement !

Elles apprennent tout simplement aux canidés à ressentir une tension permanente au niveau du cou ou du harnais !
Donc pour apprendre la marche en laisse, avec laisse détendue justement, il y a mieux !

Pour trouver le matériel idéal ? Cliquez ICI.

 

Un élément beaucoup plus intéressant, et indispensable quand vous voudrez apprendre le rappel à votre chien, est la longe.

10 à 15 m représente une bonne longueur. En dessous, c’est un peu court quand même. Et au-dessus, cela nécessite un peu de dextérité pour ne pas trop galérer lors des promenades avec son toutou.

Attention au poids de la longe, selon la taille (actuelle aussi) de votre toutou.

 

La nourriture

 

 

Comme évoqué précédemment, il vous faudra, bien évidemment, obligatoirement prévoir à manger pour votre toutou, dès le 1er jour chez vous.

Pourquoi je vous préconisais de demander à l’éleveur ? Tout simplement pour acheter les mêmes croquettes, ou la même pâtée… Car il sera indispensable, du moins les premiers temps, de donner la même nourriture à votre chien.

 

Sinon, gare aux problèmes digestifs ! (diarrhée notamment).

 

Il vous faudra garder cette alimentation ci durant plusieurs semaines minimum (si votre chien la digère bien, évidemment), avant de pouvoir la changer si vous le vouliez.

Mais, bien souvent, l’éleveur remet aux nouveaux maîtres du jeune canidé, un sac de croquettes, qui permet de nourrir le toutou, tranquillement, plusieurs jours.

 

 

 

L’arrivée de votre chiot

 

 

Prendre son temps

 

 

Le jour J…

Quand vous irez chercher votre chiot, il vous faudra prendre votre temps…

Temps chez l’éleveur, chez l’association, ou le particulier chez lequel vous adoptez votre toutou.

Idéalement essayez déjà d’habituer votre toutou à vous. Jouez avec lui, cajolez-le un peu, donnez-lui quelques friandises.

Afin qu’il soit le plus à l’aise possible quand vous allez l’emmener.

Si vous êtes dans un élevage, alors il est quasi sûr que ce moment sera rude tout de même pour lui.

Vous « l’arrachez » de sa mère, de ses frères et soeurs, de tous ses repères…

Alors il risque fort d’être très stressé.

Vous devrez être particulièrement rassurant(e) à ce moment-là.

 

Une petite astuce :

 

emmenez avec vous un vieux t-shirt, ou autre vêtement que vous ne mettez plus. Et laissez-le traîner dans la caisse de votre toutou, avec sa mère, le temps que vous restez chez l’éleveur.

Quand vous partirez, le t-shirt aura eu le temps de s’imprégner de toutes ces bonnes odeurs. Et pourra faire un bon ancrage pour votre loulou. Par exemple pour sa première nuit avec vous.

 

Le voyage en voiture

 

 

Quand votre toutou sera avec vous dans la voiture, en direction de sa nouvelle maison, il risque fort d’être sacrément stressé !

Normal.
Il ne vous connaitra pas, ou à peine.

Il sera seul, sans ses frères et soeurs, sans sa mère, sans son éleveur, ni les personnes qu’il connaissait.

Dans un truc bizarre, qui roule, qui fait du bruit, et qui peut faire bien peur.

 

La dernière des erreurs serait alors de le laisser justement… Encore plus seul !

En le mettant, par exemple, seul sur la banquette arrière. Ou, encore pire, dans le coffre.

Idéalement, il faudrait donc que vous soyez au minimum deux personnes pour aller récupérer votre canidé.


De cette manière, l’un de vous deux pourrait soit directement prendre le toutou sur les genoux (dans son panier, sur une couverture) sur le siège passager, soit s’assoir avec lui, sur la banquette arrière.


Il est fondamental que votre toutou ne fasse pas le trajet tout seul, dans le stress. Notamment si vous avez un peu… Ou pire… Beaucoup de route à parcourir.

Bien sûr, durant tout ce trajet, prévoyez friandises, jouets…

 

Si le retour est long, vous devrez aussi faire une pause. Choisissez obligatoirement un lieu calme et tranquille ! Pas d’aire d’autoroute avec beaucoup de trafic à quelques dizaines de mètres !

Votre toutou ne connaitra probablement rien d’autre que son élevage, ou le refuge, ce jour-là.

Donc n’allez surtout pas l’immerger, sans ménagement, dans un environnement ultra anxiogène pour lui !

Il sera déjà bien assez stressé !

 

 

L’arrivée à la maison

 

 

Une fois l’obstacle «retour en voiture » franchi, se profilera une nouvelle étape pour votre loulou : la découverte de sa nouvelle maison !

 

Une règle d’or : tranquillité !

 

Surtout, laissez votre loulou découvrir tranquillement, à son rythme, sa nouvelle maison…

Ne le forcez pas, ne le sollicitez pas trop.
Respectez son rythme.

 

Si vous avez une famille nombreuse, et notamment des enfants, dites-leur vraiment de faire un gros gros effort pour ne pas trop solliciter le loulou les premières heures.
Et le laisser respirer.

Je sais, ce sera bien dur pour eux. Mais pour lui, il s‘agit d’un moment bien particulier également !

Si vous voulez vraiment vous assurer que toute la découverte de sa nouvelle maison se déroule pour le mieux, alors disposez des jouets, ou des friandises au sol, dans chacune des pièces de votre maison.

Du moins, celles auxquelles votre toutou aura droit (si vous souhaitez en interdire certaines).

Et bien sûr, mettez aussi des jouets et autres friandises dans son couchage.

 

Bien évidemment, comme vous vous en doutez, il vous sera impossible de recevoir du monde ce premier jour, ou ce premier week-end.

Priorité au toutou !

A la découverte sereine de son nouvel environnement. Et de ses nouveaux « humains ».

 

NB : il est fort possible que les premiers jours, votre toutou ait un transit un peu perturbé. Le stress du grand changement qu’il connaît, et un peu les friandises, auxquelles il n’était peut-être pas encore habitué, que vous allez lui donner.

 

 

Accueillir-un-chiot

 

 

La première nuit de votre canidé

 

 

Ah…

Après la découverte de son nouveau domicile, ses nouveaux maîtres, ses jouets, sa corbeille… Viendra un moment bien particulier… Et pas forcément très agréable !

La première nuit du toutou chez vous !

Comment faire pour que cette première nuit se déroule pour le mieux ?

 

Vous pourrez trouver, sur le net et ailleurs, beaucoup de conseils bien différents sur ce point !

 

Il n’y a pas, d’ailleurs, de réponse parfaite et absolue en soi.

 

Examinons les suggestions généralement proposées :

« Surtout, laisser le chien seul dans le séjour, la cuisine, ou le garage, et ne pas aller le voir s’il pleure ».

C’est probablement le conseil que l’on entend le plus régulièrement.

Et si toutefois vous alliez le voir quand il pleure, alors ça en serait foutu ! Le toutou comprendrait immédiatement qu’en pleurant, vous apparaissez. (et c’est vrai qu’il finirait obligatoirement par comprendre cela !).

 

Autre conseil, souvent prodigué également :

« Le toutou sera beaucoup trop stressé le premier jour, il faut le laisser dormir avec vous, dans votre chambre ».

Mais bien évidemment, les personnes conseillant la 1ere solution s’insurgent immédiatement : « Comment ??!! Laisser dormir le chiot dans la chambre la première nuit ? Mais non, surtout pas ! Vous ne pourriez alors plus le faire sortir ! ».

Mouais.

 

Allez, il y a un peu de vrai, et de faux, dans chacun de ces deux conseils.

Je vous propose une solution alternative, qui me semble vraiment intéressante.

Rassurante pour le chiot (c’est vrai que, cette première nuit, il aura 100% de chances, et de droit d’être stressé, le pauvre pépère)

Pas trop embêtante et satisfaisante pour vous.

 

Je vous propose : de dormir avec lui, dans le salon ! (ou la cuisine)

Soit directement sur le canapé, soit sur un petit matelas que vous rajoutez…

Enfin, bref, comme vous voudrez et pourrez !


Mais cela règle les deux problèmes : le pseudo problème d’accès à la chambre, et le réel problème du gros stress que va ressentir le loulou pour cette première nuit.

 

Honnêtement, le laisser dormir seul, et pleurer une partie de la nuit, est bien rude pour lui…

 

 

Besoin d’aide supplémentaire ?

 

 

Si vous voulez ajouter un petit plus, pour essayer de réduire au maximum le stress que peut ressentir votre toutou, lors de cette première nuit notamment, vous pouvez recourir à deux astuces :

 

  • bien sûr, le t-shirt que nous avons évoqué précédemment, et que vous avez imprégné d’odeurs chez l’éleveur. Vous pourrez le placer dans le couchage de votre chiot

 

Il s’agit de la reproduction d’une phéromone produite par la mère des chiots, durant l’allaitement. Les chiots sont donc habitués à cette odeur. Et cela peut les rassurer.
Il s’agit d’un flacon muni d’une prise (comme les prises anti-moustiques !), à brancher tout simplement au secteur. Même si ce n’est sans doute pas efficace sur 100% des chiens, cela vaut le coup d’essayer !
Le dispositif existe aussi sous forme de collier (comme un collier anti-puces/tiques), à laisser en permanence au cou de votre loulou.

 

Mais je vous déconseille, dans un premier temps du moins, de mettre un collier en permanence à votre chiot, qui vient juste d’arriver chez vous, et qui n’est donc encore pas tellement habitué à avoir un collier.

 

education-chiot

 

Cas particulier : vous avez déjà un autre animal de compagnie à la maison

 

Dans ce cas-là, méfiance, et prudence !

Il faudra avancer progressivement, pas à pas.

 

Si votre 1er animal de compagnie est un chien, tout va dépendre de son caractère

Mais aussi de son gabarit… Car même s’il « n’y a pas plus gentil », et qu’il accepte volontiers le dernier petit arrivé, il peut, bien malgré lui, le blesser en jouant, si la différence de gabarit est vraiment importante.

Et si vous pensez qu’il risque de ne pas trop apprécier cette arrivée inattendue pour lui, alors prenez quelques précautions.

Comment faire du coup ?

 

Tout simplement, ne pas les mettre en contact tout de suite !

Mais au contraire, les placer dans des pièces différentes au départ.

Puis laisser venir l’un dans la pièce où était l’autre, précédemment (vous l’aurez sorti de la pièce bien sûr). Afin qu’il puisse prendre en compte les nouvelles odeurs.

Et réciproquement.

 

Puis, une fois les odeurs perçues, un contact visuel sera possible. Mais, idéalement, toujours dans deux pièces différentes, juxtaposées, et séparées par une barrière pour enfant par exemple.

Comme cela, les deux loulous pourront se voir. Et vous, vous pourrez observer leurs réactions.

 

Si, apparemment, tout se passe bien. Et si l’excitation n’est pas trop grande (c’est bien là qu’il y a risque de blessures, involontaires, de la part du plus grand des toutous), alors vous pourrez initier un premier contact.

Pas trop long. Juste pour voir comment cela se passe, et pour que les deux canidés fassent plus entière connaissance.

 

Sinon, bien sûr, vous pouvez les faire se présenter dans le jardin, si vous avez.

 

Avec toujours les mêmes précautions :

 

d’abord prise d’odeurs, pour chacun d’entre eux, séparément. Puis mise en contact. Mais pas dans tout le jardin, ni sans contrôle possible. Idéalement, dans un coin de l’extérieur, au calme, et sans que les loulous ne partent dans de grands jeux immédiatement.

Ce sera pour un plus tard. 🙂

Pour l’instant, on veut déjà simplement une belle rencontre.

 

Si vous avez un chat ?

Eh bien, on va procéder un peu selon les mêmes principes… Patience et prudence !

Là, le danger vient du chat, qui pourrait avoir peur et griffer le jeune canidé.

Donc, séparation dans des pièces différentes.

Laisser le chat dans une pièce avec des meubles ou autres, qui lui serviront de repères, en hauteur, si besoin.

Laisser le chiot prendre des odeurs de la pièce de temps en temps (vous aurez placé le chat ailleurs avant, bien sûr).

Puis, prise de contact visuel, à travers la barrière d’enfant.

Par la suite, quand les deux animaux de la famille seront en liberté, bien toujours laisser au chat la possibilité d’aller se réfugier. Idéalement en hauteur.

 

Adopter-un-chiot

 

Les jours qui suivent l’adoption de votre canidé

 

 

Une fois le premier jour passé, pour votre toutou et vous, vous pourrez « respirer » un peu.

 

Vous aurez déjà franchi, avec succès, des étapes importantes !

 

Mais vous êtes, bien évidemment, encore au tout début de votre nouvelle belle aventure…

Alors, il faudra encore prendre quelques précautions.

 

 

Le parc à chiot

 

Pour quelques semaines, voire quelques mois, il y a un dispositif qui pourrait bien vous éviter pas mal désagréments, ou de destructions avec votre toutou.

Cet accessoire, quasi indispensable à mon sens, est le parc à chiot.

Vous connaissez déjà ?

Un peu comme les parcs à bébé, finalement.

Ils permettent de laisser le chiot tranquille, dans son espace à lui, clos, rassurant. Et d’éviter ainsi des « bêtises » ou autres, dans votre domicile.

Bien sûr, ce ne sont pas des « bêtises » aux yeux du toutou.. Juste un environnement à explorer, un besoin de mâchouiller qui est très fort, un surplus d’énergie, un peu de stress probablement…

 

Bref, le parc à chiot peut s’avérer réellement ultra intéressant.

 

Il en existe différents modèles, selon la taille des toutous, bien évidemment.

En sorte de « toile », avec un toit. Ou en métal, comme des petits grillages que l’on assemble.

Franchement, c’est quasi indispensable !

 

Mais attention, ce parc doit être connoté uniquement comme quelque chose de très positif pour votre loulou !!

Ce ne sera en aucun cas une sorte de punition pour lui, ou un lieu désagréable ! Tout le contraire justement !

 

Il faudra donc qu’il soit tout de même assez grand, par rapport à la taille de votre chien. De manière à y installer ses couvertures, ou même son panier – si la taille le permet -, ses gamelles (si on veut que le loulou apprécie vraiment ce lieu, des jouets…

 

Pour faire apprécier cet endroit au toutou, on peut même régulièrement lui cacher des petites friandises, qu’il prendra plaisir à chercher et retrouver.

 

Le gros avantage d’un parc ?

C’est qu’on peut le fermer, et donc laisser le loulou en totale sécurité, et tranquillité dedans. 

Dans son espace à lui, clos, rassurant, contenant ses affaires. 🙂

Et d’ailleurs, vous pouvez aussi utiliser le parc comme refuge pour le chiot lorsque l’éventuel chien adulte que vous auriez déjà, se montre un peu trop brusque.

 

La partie sera gagnée quand vous verrez votre toutou aller spontanément se reposer dans son parc (resté ouvert), ou aller y manger des friandises que vous lui aurez données à la main. Ou encore, essayer de cacher, au milieu de ses couvertures, un bon nonoss ! 🙂

 

Il y a aussi une alternative au parc (qui ne sera à utiliser que quelques temps, bien sûr).

Cette alternative, c’est la cage.

 

Ah… Sujet bien polémique actuellement !

 

L’avantage de la cage ?

C’est qu’elle est beaucoup plus petite qu’un parc, bien sûr, et peut donc rester en permanence le lieu privilégié du toutou. Même devenu adulte.

 

L’inconvénient ?

C’est la même chose que son avantage… Sa taille réduite ! Qui rend son utilisation (en mode fermée en tout cas), de mon point de vue, complètement impossible sur plusieurs heures.

 

Pour moi, la cage est un super outil pour des chiens adultes anxieux, craintifs ou réactifs… Dans lequel ils peuvent se réfugier quand il y a des visiteurs chez eux par exemple.

A des moments bien particuliers, comme l’accueil et le départ des invités, on peut alors fermer la cage. De manière à être sûr que le loulou ne vienne importuner personne.

Mais la cage ne sera donc fermée que peu de temps.

Et idem que pour le parc : pour le toutou, la cage est obligatoirement quelque chose d’ultra agréable pour lui ! Et pas du tout un lieu de punition.

 

Les personnes qui laissent leur toutou 4 ou 5h (ou plus), enfermé dans une cage, durant leur absence n’ont, à mon sens, absolument rien compris à la bonne utilisation de cet outil !!

 

J’en ai par exemple une pour mon propre chien. Elle est toujours ouverte. Nous ne la fermons que quelques minutes, sur des moments bien particuliers (stressants pour notre pépère). Et pendant lesquels il a une super occupation, qu’il adore (type « oreille de cochon »).

Et maintenant, quand on lui donne une bon petit quelque chose à grignoter, et qui dure un peu, il se précipite dans sa cage, pour aller le manger tranquillement ! 🙂

 

Petit, il avait un parc… (Il adorait aussi !) Et cela nous a évité, je pense, beaucoup de dégâts potentiels durant nos absences (jamais bien longues).

 

 

L’éducation de votre chiot

 

 


Cliquez ici pour découvrir la Méthode « Education 2+ Chiots ».

 

Eh oui, vous pourrez penser à l’éducation de votre canidé… Relativement tôt !

 

Une phase particulièrement importante, sera sa socialisation.

 

Il faudra lui faire découvrir un maximum de choses, de stimuli, avant ses 4 mois. Mais attention, toujours de manière la plus positive possible.

En évitant donc, au maximum, les expériences négatives.

 

Ne soyez pas surpris aussi, entre les 2 et 4 mois, le chiot passera probablement par des phases de confiance, des phases de peur… Cela sera normal. Et se stabilisera par la suite (avec une possible rechute, au niveau de la peur, à partir de 6 ou 7 mois environ, jusqu’à 10 ou 12, à peu près).

 

Bien sûr, vous pourrez commencer l’apprentissage des commandes de base (assis, couché, debout, pas bouger), ainsi que les éléments indispensables : le rappel et la marche en laisse.

 

Vous trouverez des informations complémentaires sur ces points sur notre blog, bien sûr.

 

 

Les règles de vie

 

 

Pour le bien-être de tous, il faudra fixer des règles de vie.

Cela n’a rien à voir avec la notion de hiérarchie. Il s’agit juste, comme dans tout groupe social, d’avoir des repères.

Et que tout le monde devra suivre !

 

C’est bien souvent ce qui peut poser problème au sein des familles… Les différents membres ne respectant les règles précisées… Qu’officiellement… Parce qu’officieusement, c’est autre chose… 😉

 

Donc il faudra choisir, et respecter, les lieux et horaires de repas pour le toutou (par exemple), le lieu de son couchage, certaines éventuelles pièces interdites… Ou certains accès (comme le canapé, les fauteuils).

Pas de règle absolue concernant tout cela.

 

A vous de décider… Et de vous y tenir ! 😉

 

 

 

Le vétérinaire

 

 

Quelques jours, ou semaines, après avoir eu votre toutou, je vous invite fortement à réaliser une consultation chez un vétérinaire

 

Afin de vous assurer que tout va bien. Et de bénéficier, éventuellement, de conseils de santé ou autres.

 

Attention, toutefois, si votre vétérinaire tient à tout prix à faire un petit test de « caractère » ou « dominance » sur votre chiot, en le saisissant par le cou fermement, puis en le retournant sur le dos, précisez-lui que vous ne souhaitez pas ce genre de gestes.

Il n’a pas de sens dans ce contexte-ci, en plus…

Et ne pourra qu’effrayer votre jeune loulou. Voilà de quoi lui donner peur du vétérinaire à vie !

 

Privilégiez plutôt les vétérinaires qui seront ok pour que vous donniez des friandises à votre loulou, pendant l’auscultation. Type vache qui rit, ou autre, qui prennent un peu de temps à être léchés, et qui, donc occupent bien le toutou. 🙂

 

Autant que le cabinet vétérinaire soit un lieu, au minimum neutre, et au mieux, agréable

Et vous pourrez aussi rapidement vous poser la question de la gestion des frais vétérinaires à venir.
Voudrez-vous les prendre en charge à 100%, directement ?
Ou allez-vous préférer opter pour une assurance ?
A vous de voir !

Mais la question est importante ! 🙂


Sante Vet

Laisser un commentaire