A quel âge peut-on sortir un chiot ?

Si vous venez d’accueillir votre chiot, peut-être vous posez-vous une question bien classique. Et dont les réponses peuvent, parfois, faire débat.
Y compris chez certains vétérinaires !

Puis-je sortir mon chiot de 2 mois ?
Ou dois-je attendre que mon toutou grandisse encore un peu, afin de le confronter au monde extérieur ? Et potentiellement, aux dangers de l’environnement.

Nous allons voir, dans cet article, que sortir un chiot le plus tôt possible, tout comme débuter sa bonne éducation au plus vite, est tout simplement indispensable !

Belle lecture !

Pourquoi sortir un chiot le plus tôt possible est fondamental

Si vous prenez votre chiot dans un élevage, il aura obligatoirement 8 semaines au minimum. Puisqu’il s’agit de l’âge légal en France.
Un éleveur ne peut pas, normalement, vous céder un chiot plus jeune.
Certains éleveurs préfèrent même ne donner leurs tout jeunes canidés qu’après ce délai, vers 10 semaines environ.


Cette période est le début d’une phase ultra importante pour le bon développement des chiots.

En effet, entre 2 et 3 mois (voire 4 mois), c’est la phase de socialisation du chiot.
Phase fondamentale pour son avenir… Et le vôtre !

Cette étape va, quasi, conditionner la vie future de votre chien. Ses peurs, ses craintes, ses facultés d’adaptation, ses apprentissages…


Que faut-il faire durant cette phase ?

Il faut à tout prix que votre chien sorte et découvre un maximum de choses différentes !

C’est FONDAMENTAL !


Vous devrez lui faire rencontrer :

  • d’autres chiens : chiots et chiens adultes (pour qu’il apprenne les codes canins, la communication avec ses congénères)
  • beaucoup d’humains (et différents !) : adultes, enfants, femmes, hommes, de grande taille, de taille plus petite, à la voix qui porte beaucoup, à la voix plus douce, personne qui fait beaucoup de gestes, ou au contraire plus posée
  • des conditions de circulation en ville : voitures bien sûr, bus, camions, trottinettes, velos, écoles, places de marché, centre-ville…
  • des lieux complètement différents : ville, campagne, forêt…

Vous devrez également accueillir des visiteurs chez vous (idem, idéalement des personnes aux profils variés).
Et habituer votre toutou aux manipulations (brossage notamment) et aux soins (observation des oreilles, des dents, des pattes…).

education-chiot


Mais attention !


Tout cela, toutes ces découvertes ne doivent pas se faire n’importe comment !

Sinon, cela peut être très traumatisant pour votre chiot !

Le maître mot est « progressivement« .
Et « positivement » !


Vous pourrez, par exemple, vous faire un planning de tous les stimuli essentiels que votre chiot a besoin de découvrir. Et vous créer les situations pour les concrétiser, progressivement.

Il est bien évident que si votre chien vient d’un élevage à la campagne, vous n’allez pas l’emmener du jour au lendemain à la sortie d’une école, ou en plein centre-ville, au milieu des voitures, des klaxons ou des bus qui passent !


Mais tout cela ? Il devra tout de même le découvrir ! C’est essentiel.
Mais de manière progressive. Et la plus positive possible.
Positive dans le sens où on va tout faire pour que ces interactions, ces découvertes soient les plus agréables pour votre loulou, et les plus douces possibles. D’où le côté progressif aussi, bien entendu.

Par exemple, pour une rencontre avec un chien adulte, privilégiez, bien évidemment, un chien cool, calme, qui saura gentiment recadrer votre chiot si besoin, mais qui ne l’effraiera pas inutilement.

Idem pour les visites chez le vétérinaire.
Il est vraiment préconisé de choisir un(e) vétérinaire qui prendra bien en compte le bien-être de votre toutou. Et qui saura prendre son temps lors de la 1ère visite. Pour ancrer ce lieu et ce moment comme quelque chose de positif pour votre chiot.
Certains vont même jusqu’à disposer, dans la salle d’attente et de consultation, des croquettes ou autres friandises au sol, pour que votre toutou apprécie tout particulièrement ce lieu.

Idem pour la table de consultation, elle peut être abaissée, et couverte, en partie, de super friandises !

Prévoyez aussi de votre côté, bien sûr, tout ce qu’il vous faut : friandises, tapis de léchage ou de fouille si besoin.

Et par la suite, faites des visites chez votre vétérinaire même si vous n’avez pas de consultation prévue. Mais avec des friandises, des jouets… A utiliser ou donner sur place. Pour associer, une nouvelle fois, vétérinaire et moment agréable !


Pour trouver des super friandises, saines et naturelles, ou des tapis de léchage ?
Je vous invite à découvrir le super site Canigourmand !


Et bénéficiez de 5€ de remise sur votre 1ère commande, avec le code de parrainage : MAITREETCHIEN.

Logo-canigourmand

Sortir son chiot : les idées reçues… A jeter aux oubliettes !

Mon chiot ne sera pas protégé sans tous ses vaccins

Voilà sans doute la raison n°1 pour laquelle les gens n’osent pas sortir leur chiot quand il est tout petit !
La crainte qu’il n’attrape, dehors, une maladie grave.
Bien sûr, cette crainte est tout à fait légitime. Et respectable.

Mais elle ne compense nullement les risques extrêmes que vous prenez si vous ne sortez pas votre chiot avant l’âge de 3 ou 4 mois !


En le privant de stimuli suffisants, et en négligeant donc toute la phase de socialisation, vous menez tout droit votre chien à de multiples problèmes de développement et de comportement par la suite :

  • chien peureux, anxieux
  • canidé incapable de s’adapter à un nouvel environnement, ou à des changements dans son environnement habituel,
  • toutou n’ayant pas appris les codes canins

Et ces risques-ci ?
Ils sont bien supérieurs à celui d’attraper une maladie à l’extérieur !

D’autant plus que ce n’est pas parce qu’il est indispensable de sortir son chiot le plus tôt possible, qu’il faut en profiter pour faire n’importe quoi !

On ne va donc pas le confronter à des situations à risques, pour lui.
Et on évitera ainsi les lieux très fréquentés par d’autres chiens (typiquement les coins « toilettes » dans certaines villes), les lieux potentiellement souillés (rats notamment)…

On peut même tout à fait, du moins les 1ers jours, sortir son chiot en le tenant dans les bras, pour un tour du quartier.
Voire dans une poussette, ou autre système !

Il sera toujours mieux, pour lui, qu’il puisse découvrir, voir, d’autres horizons, que de rester enfermé chez vous !


Et de toute façon, quand vous-même allez rentrer à votre domicile, vous ne vous serez pas « décontaminé(e) » je suppose.
Et vous pouvez donc, vous-même, apporter différents germes, virus, bactéries à l’intérieur (via vos vêtements, chaussures…).

education-canine

Mon chiot est encore trop jeune, il va avoir peur dehors !

Peut-être.

Mais ce qu’il y a de sûr, c’est qu’il risque d’avoir beaucoup plus peur, et de manière définitive, ou quasi, une fois devenu adulte, si vous ne le sortez pas rapidement de chez vous !

Il suffit de le faire, comme évoqué plus haut, progressivement, et le plus positivement possible.
Sachez aussi qu’entre 2 et 3 ou 4 mois, votre chiot alternera sans doute périodes de peur et périodes de grand courage… Ce sera normal.

Surtout, ne pas forcez lorsqu’il aura peur.
Et réessayez le lendemain, ou le surlendemain.


Prévoyez aussi friandises, jouets… Pour vos sorties. Cela permettra de les rendre encore plus agréables pour votre jeune toutou !

Mon vétérinaire m’a dit d’attendre le rappel complet des vaccins !

Eh bien… Changez immédiatement de vétérinaire !

C’est sûr que la protection apportée par les vaccins ne sera optimale plusieurs semaines après.
Mais cela sera beaucoup trop tard pour votre chiot !

Et même si certaines maladies (parvovirose notamment ) peuvent être très graves, vous prendrez les précautions mentionnées plus haut.
Et votre chiot bénéficiera déjà, de toute façon, de son immunité naturelle (acquise par les anticorps de sa mère), puis de celle apportée par les 1ers vaccins.
Cela ne sera pas aussi efficace que quelques semaines plus tard, mais déjà suffisant pour sortir et travailler la socialisation, dans des conditions de santé saines.

Mon chiot peut se faire blesser, ou mordre, par un autre chien.

Oui, c’est vrai.

C’est pour cela qu’il ne faut pas faire « tout et n’importe quoi ».
Vous pourrez tout à fait privilégier les rencontres avec des chiens adultes calmes, qui apprécient les chiots, qui sont gentils et joueurs avec eux par exemple.

Prenez le temps de demander aux maîtres, avant d’accepter la rencontre.
Et si vous voyez que, finalement, le chien adulte est trop brusque, et bien stoppez la rencontre, tout simplement.
Vous pouvez aussi privilégier les rencontres entre congénères de taille proche, même si ce sera encore mieux si votre chiot peut en rencontrer de toutes les tailles !


Privilégiez les chiens vraiment calmes s’ils sont très grands, bien sûr !

Sortir un chiot dehors : les derniers conseils

Comme nous l’avons vu en début d’article, il est fondamental de garder en tête deux notions, avant de sortir tôt son chiot :
Progressivement.
Et positivement.
C’est absolument essentiel.

A ces deux fondamentaux, il est aussi possible d’ajouter quelques conseils.

Concernant l’apprentissage de la propreté par exemple, il sera indispensable de promener votre chiot, du moins les premiers temps, dans une rue très calme.
Sinon ?
Votre tout jeune canidé risque fort d’être très stressé ! Et donc ? Il réservera son pipi et son popo pour un lieu beaucoup plus rassurant pour lui… Sa maison ! 😉
L’apprentissage n’en sera alors, bien entendu, que ralenti.


Si vous habitez dans un lieu vraiment très passant, avec beaucoup de circulation (voitures, bus, camion…), n’hésitez pas à garder votre chiot dans les bras lors des premières sorties, jusqu’à une rue plus calme.
Puis, habituez-le progressivement à tout ce trafic.


Pour prévenir également d’éventuelles réactions un peu vives de sa part, ou la création de peur, lors du passage de véhicules bruyants, prenez un bon réflexe : anticipez !

Vous pourrez alors fixer l’attention de votre toutou sur quelque chose de très attrayant pour lui. Comme des croquettes au sol, ou autres très bonnes friandises, ou un super jouet.
Les bruits effrayants seront, du coup, à peine perçus.
Et deviendront, au fil du temps, comme faisant simplement partie du décor. 😉


Une astuce : pour éviter une prise de poids non maîtrisée, pensez à retirer de la ration de votre chiot, l’équivalent donné en friandises dans la journée !

Sante Vet


Vous pourrez également profiter des sorties pour démarrer, ou poursuivre, très tôt certains apprentissages.
Du moins, certaines bonnes pratiques, pour éviter des mauvaises habitudes dès le départ !


Si votre chiot connaît déjà, par exemple, certaines commandes, comme le « assis », alors travaillez cet élément lors de vos sorties.
Dans des lieux extrêmement calmes au départ. Idéalement avec très peu de distractions.
Et une fois, bien sûr, que votre toutou aura fait ses besoins, se sera rempli la truffe de nouvelles odeurs…
Bref, laissez-lui le temps de respirer avant, évidemment. 😉
Vous pourrez, très progressivement, augmenter les distractions (plus de passage de véhicules, de passants…) par la suite, pour continuer à bien éduquer votre petit canidé.


Profitez-en également pour travailler la marche en laisse
En ne le laissant pas tirer. Une laisse détendue doit être votre objectif à garder en tête dès vos premières sorties.
Du coup, pensez bien à vous équiper d’une laisse assez grande ! (mini 1,50m/2m)
Sinon, une petite longe fera parfaitement l’affaire.


Voilà, j’espère que cet article et ces conseils vous seront utiles. 🙂
Et surtout, appliquez-les !



Si vous voulez en savoir plus sur la socialisation à réaliser pour votre chiot, afin d’être sûr(e) de réussir cette étape fondamentale pour votre chien, découvrez dès maintenant notre Pack Socialisation !



Ces autres articles pourraient vous intéresser :

« Parc à chiot, faire le bon choix ».
« Chiot qui pleure la nuit, que faire ? »
« Propreté – les 3 erreurs à éviter pour votre chiot ! »

1 réflexion au sujet de « A quel âge peut-on sortir un chiot ? »

  1. Très intéressant toutes ses recommandations .Merci

    Répondre

Laisser un commentaire