Mon chien grogne : pourquoi et comment réagir ?

« S’il vous plait, aidez-nous !
Ma fille vient de m’appeler, en pleurs, car notre chiot, de 4 mois, vient de lui grogner dessus. Nous avons déjà eu plusieurs chiens. Aucun n’a été agressif ! Nous ne savons pas comment réagir 
! »


Voilà le message que j’ai reçu un matin, il y a quelques temps.
Un chien qui grogne ?
Même s’il s’agit d’un chiot, en fait, eh bien cela fait souvent peur.
Notre chien est-il en train de devenir agressif ? Ou… « dominant » ?
Pourquoi se met-il à grogner, d’un seul coup ?
Va-t-il, désormais, grogner ou montrer les dents pour un oui ou un non ? Va-t-il vouloir tout gérer à la maison ?
Est-il, en réalité, un chien méchant ?
Comment réagir 
?


Beaucoup de maîtresses et maîtres, confrontés aux grognements, ou menaces, de leur canidé, se posent ce genre de questions !

Et ne savent pas pourquoi cette situation s’est produite… Et encore moins, la bonne réponse à lui apporter.


Alors si, vous-aussi, vous voulez davantage comprendre les raisons des grognements de nos canidés, et connaître les solutions à mettre en place, en termes d’éducation, ou de rééducation , je vous invite à prendre quelques minutes pour découvrir cet article !

Pourquoi mon chien grogne-t-il ?

Jappements, grognements, grondements, aboiements… Mais aussi nombreuses postures corporelles (position globale du corps, des oreilles, de la queue, de la tête, type de regard…)… Les chiens ne manquent pas de signaux de communication !

Encore, bien sûr, faut-il les repérer, et savoir les interpréter. Ce qui n’est pas toujours évident d’ailleurs. Et ce, pour de très nombreux « humains ».


Le grognement fait partie intégrante des moyens de communication du chien. Et en soi, il n’est donc pas du tout « négatif », ni voué à devoir être associé, systématiquement, à une forme d’agressivité ou de méchanceté.
Un chien qui grogne peut d’ailleurs tout à fait le faire, bien évidemment, tant vis à vis d’un congénère canidé, que d’un humain.
Même s’il représente donc un moyen de communication parmi d’autres, le grognement d’un chien, ou d’un chiot, ne doit, pourtant, jamais être pris à la légère.
Mais toujours faire l’objet d’une réelle attention.
Comprendre l’origine de ce grognement, à un moment précis, et dans une situation donnée, est primordial pour apporter les meilleures solutions.

Les 4 raisons classiques du grognement

Avant d’aborder plus en détails des situations concrètes, voyons rapidement les principales sources de grognement de nos amis canidés.


L’une des plus importantes est tout simplement… La peur !

Un inconnu s’approche un peu vite ? Un grognement !

Un bruit soudain ? Inhabituel ? Cela mérite bien un petit grognement quand même !

On me tripote, on me manipule… Et je ne sais pas trop ce qu’on va me faire, et tout ça me fait peur ! Allez, je grogne !


La douleur physique, bien entendu, est également une cause très répandue de grognement.
En cas de blessure bien sûr, boiterie… Vous pourrez facilement le remarquer. Mais dans certains cas, des douleurs vont complètement échapper aux maîtres.
Alors, observez votre toutou, et n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire en cas de grognement soudain de votre chien, surtout lors de contacts physiques, comme des caresses.
Il pourrait, notamment, ressentir des douleurs à cause de l’arthrose par exemple.


Bien sûr, la notion de protection/défense est aussi à prendre en compte comme cause possible, et importante, de grognement.
Protection de gamelle, jouet, canapé, humain… Beaucoup de « choses » peuvent faire l’objet d’une protection par nos canidés !

Nous reviendrons plus largement sur ce point dans la suite.


Enfin, une autre cause possible des grognements, bien différente, est tout simplement… Le jeu !

Dans ce cas, bien évidemment, le grognement est beaucoup moins « dangereux » que pour d’autres raisons ! (S’il ne correspond pas à une « protection » du jouet, bien sûr).

chien-qui-joue

Chien qui grogne : 5 situations classiques

Voyons maintenant, de manière plus approfondie, 5 situations qui peuvent déclencher des grognements de la part de nos chiens.

La protection de ressources

Imaginez…

Vous donnez une belle friandise de mastication à votre chien.

Puis, quelques minutes plus tard, pour X raisons, vous décidez de lui reprendre. Mais quand vous approchez la main près de votre canidé, celui-ci se met directement à grogner. Froncer le museau. Retrousser les babines. Et vous montrer ses plus belles dents…

Bref, manifestement, votre toutou vous fait comprendre qu’il n’a aucune envie que vous lui repreniez son « trésor ».
Bien sûr, nous pouvons retrouver exactement la même situation pour un jouet qu’il affectionne particulièrement.
Ou sa gamelle, bien évidemment.
Ou quelque chose qu’il vient de trouver lors de sa balade.
Idem pour son panier, le canapé… Bref, les supports pouvant faire l’objet d’une « protection de ressources » de la part de votre canidé peuvent être nombreux, et variés !


Votre chien est-il devenu, d’un seul coup, agressif, ou dangereux ? Non !

Ce comportement, cette réaction est-elle normale ? Oui !

Faut-il prendre ce signal au sérieux ? Oui !

Alors comment réagir justement, que faire face à ces grognements soudains ?
Nous le verrons dans la suite !

D’ailleurs, si vous recherchez d’excellentes friandises (de récompense et de mastication) pour votre loulou, je vous invite à découvrir dès maintenant le génialissime site « Canigourmand » !
Sûr que vous y trouverez de quoi faire le bonheur de votre poilu !
Et grâce au partenariat Maître et Chien Epanouis, bénéficiez de 5€ de réduction sur votre 1ère commande grâce au code de parrainage : MAITREETCHIEN.

Profitez-en !

Logo-canigourmand


Le chien qui grogne sur les gens

Ah… Une situation que les maîtres de chiens « craintifs » doivent probablement connaître.

Un inconnu s’approche de votre canidé ? Le regarde, lui parle ou lui tend la main ?

Et immédiatement le toutou se met à aboyer. La personne continue à approcher, ou à parler au toutou ?

Alors celui-ci enchaîne directement par plus d’excitation, et des grondements cette fois-ci.

Un grand classique !

Pour tous les chiens… Qui ne sont pas du tout à l’aise avec les humains. Et qui n’ont pas envie d’être approchés, ni touchés.

Ils perçoivent les inconnus comme de potentiels « dangers » et sont d’un naturel, du coup, très méfiants.

Bien qu’ils puissent être très tactiles et amicaux avec des personnes connues.


Ces réactions, ces aboiements, ces grognements émergent de la peur ressentie par ces toutous vis à vis des humains (inconnus).

Défaut de socialisation ? Expérience traumatisante vécue avec un humain (violence, marcher sur une patte, contact forcé…) ?
Les raisons peuvent être multiples.
Cela dépend aussi, bien sûr, au-delà de l’individu même, de certaines races.
Par exemple, les chiens de berger et les chiens primitifs sont réputés être, bien souvent, pas très à l’aise avec les inconnus.

Attention, les risques de morsures sont réels dans de pareilles situations !
Aussi, il sera très important de faire comprendre aux personnes de ne pas insister et de ne surtout pas forcer le contact.
Jamais.

Les grognements lors de réprimandes

Vous demandez quelque chose à votre chien. Comme s’assoir, ou se coucher. Et il ne le fait pas.
Alors vous haussez le ton. Et prononcez à nouveau l’ordre.

Le toutou ne s’exécute toujours pas.

Vous rehaussez à nouveau le ton, puis faites de plus grands gestes.
Votre canidé ne réagit toujours pas ?
Eh bien, on va passer à une étape supérieure… Journal pour lui mettre une petite tape, prise par le cou, couché sur le dos… Ben oui… « Ils ont bien dit, au club, qu’il fallait mater les petits rebelles ! »

Mais juste avant… Le canidé s’est mis à grogner…


Cette situation-ci (ah oui, j’ai à peine exagéré), eh bien, elle représente aussi un grand classique de la relation humain/chien. Pour beaucoup de maîtres.
Qui sont, d’ailleurs, bien souvent complètement démunis, et navrés d’en être arrivés là !


Et pourtant, la réaction du brave canidé a sans doute été créée… Par son brave maître !

En effet, face à l’agacement, à l’énervement de son maître, le loulou avait deux possibilités.
Soit se soumettre, s’inhiber.

Soit essayer de se défendre.
Et avec ce 2ème choix, c’est l’escalade de la « violence ».


Votre chien est-il pour autant dangereux ? Méchant ? Ou agressif ? Non.
En grognant, il vous a simplement fait comprendre que cette situation ne lui convenait pas du tout.
Ce qui aurait été fort gênant, évidemment, est qu’il ne grogne pas, mais vous morde directement, sans prévenir.


Va t’on, pour autant, quasi « remercier » le chien de nous avoir grogné dessus (au lieu de nous dévorer directement), comme le disent de nombreux éducateurs (très) positifs ?

Non, peut-être pas quand même. 😉

Mais surtout, on va impérativement tenir compte de cette réponse, donnée par le canidé, pour mettre en place des solutions qui ne permettront plus une telle situation.
C’est bien cela tout l’important !

canide-noir-qui-grogne

Le toutou qui gronde quand on le caresse

Pour beaucoup d’humains, cela paraîtra bien surprenant.

Mais pourtant, si !

Certains chiens n’apprécient pas du tout les caresses ! Ils n’aiment pas le contact tactile, dont raffolent bien souvent les humains.

Ils ne sont pas du tout à l’aise avec.
Mais cela ne les empêche d’ailleurs, nullement, d’être très proches et très attachés à leurs maîtres.
Seuls les contacts physiques ne sont pas vraiment « leur tasse de thé ».
Du coup ?
Certains peuvent protester gentiment, manifester leur manque d’enthousiasme lors de caresses prolongées…

Bien souvent, ils s’en iront, tout simplement.

Mais quand ils ne le peuvent pas, typiquement quand ils sont enlacés, alors ils peuvent protester différemment. En grognant par exemple !

En connaissant bien votre chien, vous verrez très rapidement si ce grognement n’est qu’un petit signe d’inconfort passager. Pour témoigner qu’il n’affectionne pas ce genre de démonstrations d’affection. 😉
Ou si le mécontentement est un peu plus « marqué ». Auquel cas, bien évidemment, la 1ère chose à faire… Est de ne pas recommencer !

En tout cas, pas les câlins en version « enlacement » ! 😉


Avec un chien qui n’apprécie pas spécialement les contacts physiques, il est important de prendre des précautions avec les enfants.
Bien veiller à ce qu’ils ne sollicitent pas trop leur canidé.

Et que celui-ci puisse TOUJOURS avoir une échappatoire.

Comme nous l’avons évoqué plus haut, évidemment, les chiens peuvent aussi grogner lors de caresses pour une toute autre raison.
Tout simplement le fait que celles-ci provoquent des douleurs pour eux ! Notamment, comme cité, des douleurs d’arthrose.

Un autre problème de santé, souvent associé à des changements de comportement concerne la thyroïde.
Si vous faites un bilan chez votre vétérinaire, pensez bien à évoquer cette possibilité avec lui ou elle !

chien-qui-aboie

Les grognements lors du jeu

Les grognements, grondements en jouant peuvent être tout à fait normaux ! Et complètement dénués de la moindre notion d’agressivité.
Depuis tout petits, en effet, les chiots s’amusent, entre eux, à faire la bagarre. Ils se « mordent », ils vocalisent, ils grondent, ils grognent…
Bref, ils jouent et s’expriment.
Votre toutou fait peut-être exactement de même avec vous, lors de séances de jeux !

Sans parler de l’excitation qui peut vite prendre le dessus si vous n’avez pas travaillé ce point avec votre canidé.


Si votre chien est détendu, mais grogne, si vous pouvez lui prendre quand vous voulez son jouet (du moins sans qu’il ne manifeste le moindre signe d’agressivité), alors il ne s’agit très probablement que de grognements de jeux.
En revanche, si votre chien vous menace clairement, en vous montrant les dents, en retroussant les babines, et ne vous laissant pas du tout reprendre le jouet (pas simplement par jeu), alors là, méfiance… Il s’agit sans doute plus de « protection de ressources ».
Avec tous les risques potentiels si vous ne prêtez pas attention aux signaux de menace émis par votre canidé !

Comment réagir face à son chien qui grogne

Ne pas laisser nos émotions prendre le dessus

Un chien qui grogne, cela peut faire peur.

Peut surprendre également, si on ne s’y attendait pas. Si c’est la 1ère fois par exemple, ou l’une des premières fois.

On peut également se sentir envahi de questions :

« Mais qu’est-ce qui lui arrive ? »

« Pourquoi fait-il ça ? Il a toujours été gentil pourtant ! »

« Il est en train de devenir méchant ? »

« Qu’est-ce que je dois faire ? »

« Pourquoi me grogne-t-il dessus, alors qu’on fait tout pour lui ? »

« Quel ingrat celui-là ! »

« Non, mais oh, là, il croit quand même pas que je vais me laisser faire ??? »

Quoi qu’il en soit, la première bonne réaction à avoir sera de… Rester calme.
Et, justement, de ne pas se laisser envahir par des émotions « négatives » (peur, agacement, agressivité…). Ni par ce type de questions, bien légitimes, mais peu constructives.

C’est vraiment le 1er réflexe à avoir.
Certes, pas forcément facile, je vous l’accorde.

Alors, avant toute chose, une grande respiration. Une expiration lente et tranquille.
Puis on agit.

Comment ?

Comme nous allons le voir maintenant !

La bonne réaction face à son canidé qui grogne

Le premier point, comme nous l’avons évoqué précédemment est de toujours bien prendre en considération les grognements de son canidé.
Il s’agit d’un signal de communication. Qui doit donc être pris en compte.
Et sur le principe, ce signal n’est ni bien ni mal. Même s’il est très bien que votre chien communique et transmette son inconfort, sa gêne passagère.


Ensuite, la réaction à apporter à ce signal va varier selon le type d’éducation canine que l’on adopte.
Et donc, entre autres, de la perception que l’on se fait de nos amis poilus à 4 pattes.


Avec les deux grands courants d’éducation classiques : l’approche traditionnelle, et l’approche dite positive, ou bienveillante, ou respectueuse.


Dans l’éducation canine traditionnelle, la relation à créer avec son chien doit être régie par la loi de la hiérarchie.
Aussi, il est impératif, pour le bien de la « meute familiale », que le chien soit soumis à l’homme.

Et pour cela, diverses pratiques sont mises en avant :

  • le chien doit toujours manger après ses maîtres
  • le maître doit rester à l’initiative des contacts
  • aucun lieu stratégique (en hauteur notamment : fauteuils, canapé… chambre à coucher…) ne doit être autorisé au chien

Si l’on adopte ce point de vue (l’idée de cet article n’est pas de définir s’il est intéressant, ou pas), alors, évidemment, toute manifestation de grognement (hormis causé par une douleur, et encore), ne peut, et ne doit, être interprétée que comme une tentative de prise de pouvoir par le chien.

Du moins, une rébellion. Une remise en question du statut de dominant que doit absolument avoir le maître.

Ce grognement s’apparente donc à quelque chose d’intolérable. Qu’il ne faut donc pas « laisser passer ». Et qui ne devra, en aucun cas, se répéter.

Si le maître recule, cède, s’en va, lors que le chien grogne, montre les dents ? Alors, bien sûr, le statut de dominant dudit maître en prend un sacré coup dans l’aile !

Et le chien va prendre le dessus…

Aussi, il est clair qu’il faut donc, dans cette vision de l’éducation canine, et du chien, ne pas du tout tolérer toute manifestation de grognement. Il faudra sévir et montrer « qui est le patron ».

On pourra alors hausser la voix, le ton… Et aller jusqu’à la secousse par le coup, la tape sur le chien… selon le caractère et la réaction de celui-ci.

Attention, je ne dis pas que l’approche traditionnelle prône la violence envers les canidés. Pas du tout.
En revanche, comme il ne faut pas tolérer la remise en cause du statut de dominant, la réponse à apporter peut alors entraîner une « escalade » dans le conflit avec le canidé.

chien-staff-qui-grogne


Dans l’autre type d’éducation canine possible, la relation hiérarchique à établir entre l’humain et le chien n’existe pas.
Le canidé n’est pas perçu comme un animal devant être à tout prix être dominé pour pouvoir vivre un quotidien agréable ensemble.

Aussi, les grognements vont être perçus bien différemment. Et les réponses à apporter seront bien différentes également.

Le grognement sera interprété comme le signal qu’à ce moment donné, dans cette situation, quelque chose ne convient pas au chien.
Egalement comme une menace, réelle, pouvant annoncer des morsures si on n’y prend pas garde.

Surtout, on ne se contentera pas de la réponse que l’on peut trouver parfois : « il faut remercier son chien ! Car il nous a prévenu avec ses grognements. Il aurait pu mordre directement ! ».
Cela est un peu excessif à mon goût, même si, sur le principe, c’est vrai.
Mais il faut surtout aller plus loin que cela.
Et se demander : « Ok, qu’est ce que je dois faire pour que cela ne se reproduise plus ? ».

Et sur le moment, bien respecter les éléments vus juste précédemment : ne pas réagir chaud.

Ne pas s’énerver, ni aller dans l’escalade possible du conflit.

Si vous reculez et « cédez » à votre chien ?
Non, il ne deviendra pas pour autant « dominant ». Vous aurez juste évité un conflit, une tape, une secousse par le cou… Et de potentiels risques de morsures.
Votre canidé ne vous percevra pas, pour autant, comme un être faible à partir de ce moment.

Je vous invite alors plutôt à reculer tranquillement dans cette situation.
En évitant de regarder votre chien dans les yeux.
Bref, en émettant des signaux d’apaisement que pourra reconnaître votre canidé.


Je le répète.

Vous ne vous serez pas soumis(e) à lui à jamais en faisant cela. Vous aurez simplement agi avec recul et bienveillance, en évitant une escalade de violence.
Tout en gardant en tête qu’il faudra à tout prix régler ce genre de situations, bien évidemment.


Vous pourrez, en revanche, veiller à ce que votre chien ne reproduise pas régulièrement ce genre de situations.
Car s’il vous voit reculer à chaque fois qu’il grogne, il peut vite comprendre ce petit jeu. Et se mettre à grogner pour un oui ou un non. Et cela, ce n’est pas le meilleur apprentissage à lui faire réaliser !


Sur le moment, si votre chien, par exemple, protège quelque chose que vous devez à tout prix récupérer (un objet qu’il a « volé » et qui ne doit pas être détruit, votre place sur le canapé…), vous pouvez proposer une alternative :
échanger ce que votre toutou a pris contre une mega friandise (ou plusieurs), jeter des friandises (très appétentes) au sol, ou un super jouet, pour que votre chien libère le canapé…


Bref, gérer au mieux l’urgence du moment.
Puis réfléchir, à tête reposée, aux raisons de cette situation, et aux solutions à apporter.

Comment Eduquer Son chien Avec Bienveillanc

Quelques solutions pour prévenir et gérer les grognements

Pour terminer cet article, quelques recommandations, simples, pour prévenir la protection de ressources.

L’idéal est de faire comprendre à son canidé (chiot ou déjà adulte), que partager, c’est cool !
Et que votre présence, alors qu’il mange, mâchouille, joue… C’est cool aussi !


Je vous propose un petit exercice, très simple :

  • quand votre chien est en train de manger sa gamelle ou mâchouiller quelque chose qu’il aime bien
  • approchez-vous tranquillement de lui, sans vous pencher sur lui, ni trop vous occuper de lui
  • et laissez tomber une MEGA friandise à  côté de lui
  • puis repartez

Refaites cela plusieurs fois. Et cet exercice autant que vous le voudrez !


Vous pouvez aussi, bien évidemment, utiliser la technique du « troc ».
Qui consiste à faire apprendre au chien à échanger (ce qu’il aurait donc pu protéger) contre quelque chose de très motivant pour lui.

Par exemple, pour que votre canidé lâche son jouet, proposez-lui, à la place, une mega friandise. Ou un jouet qu’il aime encore mieux !

(Bien sûr, le jouet initial, avec lequel vous allez travailler cela, sera un jouet qui a peu de valeur pour lui).

Et surtout, 2ème effet kiss cool pour lui, vous reprenez alors le jeu avec votre toutou !

C’est 2 en 1 pour lui !

Il a eu une méga friandise (ou un méga jouet) à la place d’un jouet moyen, et en plus, le jeu continue !

(C’est tellement mieux que de lui avoir appris, depuis qu’il est petit, que quand vous arrivez vers lui, c’est pour lui reprendre quelque chose !!)


Bien sûr, si vous êtes confronté(e), au quotidien, à de nombreux grognements de votre chien, alors je vous invite à faire appel à un éducateur canin comportementaliste. Qui pourra réaliser un bilan complet chez vous, et vous proposer un plan d’actions personnalisé.


Et en attendant ? La prudence est de mise !

Voici quelques consignes à respecter :

  • laisser le chien tranquille quand il mange
  • ranger les jouets/objets sources de conflits (os à mâcher, balle…)
  • empêcher l’accès aux lieux susceptibles de poser problème (canapé, lit…), en fermant les portes, en mettant un barrière, ou en plaçant des objets dessus ou devant.

Pensez aussi aux éventuels problèmes de santé de votre loulou !
Et aux frais vétérinaires qui peuvent être astronomiques !
Et si vous preniez quelques instants pour demander un devis mutuelle santé pour votre chien ?


Sante Vet

Laisser un commentaire