Découvrez les principales activités sportives à pratiquer avec votre toutou

sport-canin

 

Pratiquer un sport avec votre canidé… Une bonne idée pour lui… Et pour vous ! 🙂

 

Comme vous allez le voir dans cet article, de nombreuses activités sportives à partager avec son chien se sont développées ces dernières années.

 

Leurs bienfaits sont très nombreux : amélioration de la relation maître/chien, optimisation de l’éducation du loulou, dépense physique et/ou intellectuelle…

 

Bref, n’hésitez pas ! 🙂

 

Il n’y a plus qu’à choisir le meilleur sport canin pour votre poilu et vous-même !

 

Bonne lecture !

 

 

Les avantages à faire de l’exercice avec son chien

 

 

En fait, il y a trois grands gagnants quand on pratique un sport canin avec son toutou :

 

  • le maître, ou « l’humain »
  • le chien
  • la relation humain/chien 

 

 

Bien sûr, comme on ne cesse de l’entendre dans les médias, tout le monde a bien conscience des bienfaits du sport… Et plus globalement de l’activité physique, pour nous :

 

  • optimisation du poids (ou perte de poids, si besoin)
  • développement de la masse musculaire (la perte musculaire est naturelle avec l’âge)
  • prévention de diverses maladies
  • amélioration de l’efficacité de certains traitements
  • réduction de la fatigue
  • meilleure gestion du stress
  • amélioration du sommeil

 

Bref, pas besoin de nous étendre davantage sur les bienfaits de l’activité physique !

 

Mais qu’en est-il alors pour nos toutous ?

 

Eh bien… C’est à peu près la même chose ! 😉

 

Optimisation de leur santé globale, développement de leur musculature, prévention (ou amélioration) des problèmes de surpoids ou d’obésité, amélioration de certaines pathologies articulaires, ou musculaires…

 

(Attention, près d’un tiers des chiens et des chats seraient en surpoids ! L’obésité chez le chien a des conséquences désastreuses sur sa santé !) 

 

Mais aussi, des bienfaits énormes pour le bien-être émotionnel et psychologique de votre canidé !

 

Selon le sport que vous allez choisir, il permettra, du moins en partie, de répondre aux besoins fondamentaux de votre loulou (entre autres, dépenses physique et intellectuelle).

Et un chien auquel on apporte une véritable réponse niveau aux besoins et instincts, de manière cadrée et contrôlée, est, bien souvent, un toutou beaucoup mieux dans ses pattes !

Enormément de troubles comportementaux, de problèmes de destructions, d’aboiements, de désobéissance… Sont simplement dus à un manque de dépense physique, et intellectuelle, des chiens.

Alors bien sûr, une activité sportive, une fois par semaine, ne suffira probablement pas à régler tous les problèmes d’éducation. Mais cela y participera.

C’est toujours ça !

 

A travers les activités sportives à pratiquer, on peut vraiment se rapprocher des besoins et instincts les plus forts chez nos loulous.

Par exemple, une activité de chien de troupeau, pour des chiens bergers.

Le pistage, le mantrailing, ou le Field Trial pour des chiens de chasse.

De l’obéissance, du mordant, pour certains chiens de bergers également.

Du cani cross pour des chiens courants, des chiens nordiques…

Bien sûr, ce ne sont que des exemples, un peu caricaturaux.

 

A vous de choisir l’activité sportive qui emballera votre toutou, et vous plaira également, bien évidemment !

 

Enfin, partager régulièrement une activité avec votre chien ne pourra que renforcer la belle relation que vous avez déjà construite avec lui. Plus de complicité, plus de compréhension, meilleure obéissance…

Les activités sportives canines sont également des occasions de réaliser de nouveaux apprentissages. Ne serait-ce que par les nouveaux ordres qu’elles vont nécessiter, pour être bien conduites.

Elles participent également aussi à la socialisation de votre canidé, qui sera amené à côtoyer d’autres « canis lupus familiaris » via ces exercices.

 

Bref, vous aurez, votre toutou et vous-même, tout à gagner en trouvant un sport canin qui vous plaira !

 

activite-sportive-canine-frisbee

Les précautions à prendre avant de se lancer dans une activité sportive canine

 

 

Bien sûr, avant de foncer tête baissée dans le nouveau sport canin que vous aurez choisi (du moins, que vous souhaiterez essayer tout d’abord), il y a quelques précautions à prendre :

 

  • bien réaliser le niveau de « sportivité » demandé par l’activité retenue. En version amateur, et compétition, si cela est un projet pour vous. A noter que beaucoup de clubs de dressage, ou d’associations d’éducation canine, orientent rapidement leurs clients ou membres vers de la compétition…
  • vous assurer que d’un point de vue médical, tout sera bon pour vous. Prendre rendez-vous chez votre médecin généraliste si besoin, pour son accord.

 

Pour votre chien, je vous suggère fortement de demander l’avis de votre vétérinaire !

Selon le gabarit, l’âge de votre chien, et son état global de santé, il ou elle pourra vous orienter sur tel ou tel sport canin.

Attention, il est aussi indispensable de ne pas commencer trop tôt certaines activités physiques, si votre chien est encore jeune.

Généralement, il est préconisé d’attendre, minimum, les 12 mois du toutou, avant de débuter l’activité sportive choisie (du moins dans sa version « adulte »).

Pour les races les plus grandes, l’âge de 18 mois, voire 2 ans, est nécessaire.

Certaines activités sollicitent en effet énormément les articulations (courses rapides, changements de direction bien marqués, sauts, ou travail de mordant…). Il est donc impératif que votre loulou ait terminé sa croissance !

 

Ces précautions prises, il vous restera un critère à garder en tête pour valider, ou non, le choix de votre activité canine à vivre avec votre loulou : le plaisir que vous allez y trouver, tous les deux ! 🙂

 

 

Les principaux sports canins

 

 

Allez, découvrons maintenant, ensemble, les principaux sports canins…

Ils sont classés par ordre alphabétique dans cette liste, qui ne se veut pas exhaustive.

A vous de trouver le sport à essayer, qui vous plaira, ainsi qu’à votre toutou !

 

 

L’Agility

 

 

Probablement l’un des sports canins les plus connus… Voir LE plus connu !

L’Agility s’est en effet beaucoup développée ces dernières années ! Notamment grâce à des videos (comme celle-ci dessous) de compétitions, dans lesquelles on voit tout simplement des loulous exceller !

 

L’Agility est un parcours d’obstacles, que doit franchir le toutou, aidé de son maître. Celui-ci le guide à distance. Uniquement par la voix, pas besoin de collier, harnais, laisse ou longe.

Cette activité s’inspire des parcours équestres de sauts d’obstacles.

 

L’Agility est souvent présentée avec des petits chiens, ou des canidés de taille moyenne.

Mais elle reste ouverte à toutes les races. Les races géantes, ou plus grandes, étant seulement un peu moins vives, du fait de leur gabarit… Ou plus sujettes aux problèmes articulaires.

On voit notamment des chiens de berger (Shetland, Berger australien…) réaliser des prouesses dans cette activité canine sportive !

Un parcours se compose de différents obstacles :

 

  • haie
  • panneau
  • table
  • tunnel (rigide et souple)
  • slalom
  • palissade
  • passerelle
  • pneu

 

Le but du jeu (du moins pour la compétition) : réaliser le parcours en un minimum de temps, et sans erreur !

L’Agility reste une activité sportive très ludique pour beaucoup de toutous.

Elle permet également de bien renforcer la relation avec son canidé, puisque le maître participe aussi, et le guide.

 

De nouveaux ordres sont appris. Et correspondent aux spécificités techniques des obstacles à passer, ou pour diriger le chien (les directions, les noms des obstacles, « monte », « halte »…)

C’est aussi l’occasion de donner plus confiance au loulou, qui réussit à franchir des obstacles, les enchaîner… Tout en se faisant plaisir, et plaisir à son humain.

Il est très facile de faire progresser un chien sur les différents obstacles avec des méthodes d’éducation canine positives.

 

Alors, surtout, si vous allez faire une initiation, et que l’éducateur, ou l’éducatrice canin – ou le moniteur(trice) – tire le chien par le collier ou le harnais, le force à franchir un obstacle, ou élève un peu la voix… Fuyez !!!

Et allez découvrir l’Agility dans un club canin, ou association, qui travaille correctement !

 

Jetez un coup d’oeil à cette video, pour voir de l’Agility à très haut niveau !

Attention, cela va très très vite !

 

 

 

 

 

Le Canicross

 

 

Voilà une 2ème activité sportive canine bien connue !

 

On peut très facilement voir certains de ses adeptes, dans des grands parcs, à la campagne et parfois même en ville.

 

Qu’est-ce que le canicross ?

C’est une activité de course à pied, dans laquelle, maître et chien courent ensemble. 🙂

Ils sont reliés par une laisse, longue (et élastique), attachée au harnais du loulou, et à la ceinture que porte le maître.

 

Tout comme l’Agility, chacun peut pratiquer ce sport canin, en mode loisir, avec son chien.

Mais il existe aussi, bien sûr, des compétitions ! Surveillées et notées, comme pour toute activité sportive, par des juges officiels.

 

Le canicross se différencie du simple jogging avec son canidé par les règles qui le régissent. Notamment le fait, que c’est le chien qui fixe le rythme ! Et donc, le maître suit. Il n’a d’ailleurs, pas le droit de dépasser son toutou.

Le chien, en tirant, aide son maître à passer les difficultés naturelles du lieu de courses (montées par exemple).

Cette activité demande de réelles capacités physiques, tant de la part du maître, que de celle du toutou.

Si vous aimez courir, et si votre canidé aime aussi… Alors vous allez adorer le canicross !

 

Ce type d’activité sportive à partager avec votre chien vous emballe ?

Mais vous êtes moyennement motivé(e) par la course à pied ?

Vous recherchez quelque chose de différent pour vous ? Alors renseignez-vous sur les variantes du canicross, que sont le cani-VTT et le cani-Trottinette !

 

 

Le Cavage

 

 

Mais qu’est-ce que c’est que ce truc-là ? 😉

Le terme est en effet pas forcément très connu ! Mais l’activité elle-même l’est bien davantage !

Il s’agit tout simplement de la recherche de truffes, par nos amis canidés !

 

Peut-être aviez-vous également entendu parler de la recherche de ce précieux champignon par les cochons ?

Apparemment, ils sont de plus en plus détrônés par les chiens, dans cette mission de cavage…Car ils auraient tendance à manger les truffes beaucoup trop facilement quand ils les trouvent !

 

Comme vous l’imaginez dans doute, à la base, le cavage n’est pas du tout un sport canin. Mais bel et bien une activité économique à part entière, pour les personnes vivant de ce commerce.

Puis, petit à petit, ce dressage spécialisé s’est démocratisé et est devenu accessible au grand public. (Comme beaucoup d’autres activités canines d’ailleurs).

 

Et tout comme les autres sports canins, il y a aussi des concours bien sûr !

 

Quand il s’agit d’une véritable activité professionnelle, et donc plus qu’un exercice ou qu’un simple loisir à pratiquer avec son toutou, les chiens sont rigoureusement sélectionnés (issus de lignées spécialisées dans le cavage).

Et dressés depuis tout petit à leur future mission canine !

 

Les races les plus demandées pour le cavage (professionnel) sont :

 

  • le Labrador Retriever
  • le Berger allemand
  • le Berger australien
  • et le chien d’eau Romagnol.

 

Le Field Trial

 

 

Epreuve sportive réservée aux chiens de chasse uniquement !

Très connue pour les amateurs de ce type de chiens, et de dressage à la chasse.

Mais sport canin assez peu connu du grand public.

 

Le Field-trial existe en trois types de concours :

 

  • les concours de printemps : se déroulent sur des plaines, et correspondent à la quête de gibier (perdreaux sauvages)
  • les concours d’été : également courus sur perdreaux
  • les concours d’automne : en période d’ouverture de la chasse. Sur gibier « tiré » cette fois-ci, avec obligation, pour le chien, de rapporter l’animal.

 

Tout au long de l’épreuve, les chiens sont finement observés par des juges. Et doivent démontrer toutes leurs qualités de chasseurs.

Ils sont notés sur leur dressage, leur vitesse de progression, leur obéissance, leur port de tête…

Des fautes peuvent être notées, menant à des pertes de points pour le concours.

Certaines d’entre elles sont même éliminatoires. Qualités globales du chien insuffisantes, défaut de rappel (le chien ne revient pas après avoir été pourtant rappelé), poursuite du gibier non autorisée, peur lors du coup de feu et le cas du chien qui trouve le gibier par hasard, sans l’avoir sciemment réalisé.

 

Différentes races de chiens peuvent participer : Braques, Epagneuls, Griffons…

Mais les chiens de races anglaises (Setters, Pointers) sont jugés dans des épreuves différentes. Ils peuvent d’ailleurs concourir seuls ou en couple.

Les chiens français ne peuvent participer qu’en solo.

Certains chiens, de très haut niveau, peuvent participer à un autre type d’épreuve, appelée « la grande quête », réservée uniquement aux chiens de chasse anglais.

C’est une épreuve très délicate, qui ne se dispute qu’en couple, et qui demande des capacités olfactives et une condition physique des chiens quasi exceptionnelles !

Elle s’apparente à une course de vitesse, qui suit des lacets pouvant atteindre un diamètre de quasi 100 mètres.

 

Bien sûr, tout chien peut s’entraîner au Field-trial. Mais seuls les chiens d’arrêt sont autorisés à concourir aux compétitions officielles.

 

 

Le Flyball

 

 

Activité sportive canine à pratiquer en relais !

Généralement avec une équipe de 4 toutous.
Il s’agit d’un parcours d’obstacles (4 haies) que le chien doit franchir le plus rapidement possible. Il récupère, alors, en bout de parcours, une balle, qu’il libère de sa machine, en appuyant dessus avec ses pattes.

Une fois la balle libérée, et gardée en gueule, le canidé n’a plus qu’à faire demi-tour. Et franchir à nouveau les 4 obstacles, toujours le plus rapidement possible !

 

C’est le temps qui est important à prendre en compte pour les compétitions.

 

Ce sport canin est accessible à tous les chiens !

Encore assez peu répandue, ce ne sont pas tous les clubs canins, ni associations, qui proposent cette activité.

 

 

Le Frisbee (ou Frisbee dog, ou Disc dog)

 

 

Eh oui, le jeu du lancer de frisbee, que tout le monde connait, peut aussi être une vraie activité avec votre loulou !

D’ailleurs, peut-être avez-vous vu, dans les parcs par exemple, de plus en plus de maîtres et chiens jouer au frisbee ?

 

Cette activité s’est beaucoup développée au fil de ces dernières années.

 

On retrouve même désormais ce sport canin en compétition !

Bien sûr, il ne s’agit alors plus, simplement, de lancer le frisbee pour que le toutou le rapporte.

Mais de véritables acrobaties, très spectaculaires, sont bien souvent réalisées par les loulous !

 

Attention ! Pour cela, une véritable préparation physique est nécessaire pour le chien. Pour éviter toute blessure. (travail de proprioception, de réception au sol, renforcement musculaire…).

 

Toutes les races ne sont pas adaptées à ce sport canin, bien particulier. Il peut être très traumatisant pour les articulations.

On voit généralement, le plus, dans les compétitions, des Bergers belges malinois, des Berger australien, ou des Jack Russel terrier.

 

Vous voulez voir du haut niveau de frisbee ?

C’est par ici !

 

 

 

 

 

L’Obé rythmée (ou dog dancing)

 

 

Sans doute avez-vous déjà entendu parler de cette discipline canine, assez récente en France ? Mais en plein développement !

 

Vous trouverez ci-dessous, une video, pour voir à quel point ce sport canin peut être sympa ! Et à la source d’une très belle complicité entre maître et chien !

 

Mais tout d’abord, pourquoi ce nom, un peu étrange tout de même ?

 

Eh bien il s’agit tout simplement de la contraction de « Obéissance rythmée »… Donc l’obé rythmée est bel et bien une discipline d’obéissance !

Mais qui va être réalisée de manière chorégraphiée, accompagnée d’une musique. Donc dans une optique, un contexte totalement différent de concours, ou cours, d’obéissance traditionnelle !

Le canidé doit alors réaliser de nombreuses actions ou « tricks » (assis, couché, debout, en avant, tourner, sauter, slalomer, reculer…) au rythme de la musique et des commandes données par son maître ou sa maîtresse.

 

L’obé rythmée est adaptée à tout type de chien (races, tailles…).

Si besoin, il suffit d’adapter la chorégraphie et les mouvements demandés, à la taille et à l’âge du toutou.

 

L ‘obé rythmée se pratique en loisir, à votre rythme, dans de nombreux clubs canins maintenant. Ou auprès de bons éducateurs.

Et bien sûr, également en compétitions, y compris internationales !

 

Voici ce que cela peut donner justement :

 

 

 

 

 

Le Pistage

 

 

Voilà une très belle activité sportive à pratiquer avec votre toutou !

Accessible à tous les chiens, car basée sur leur sens le plus développé : l’odorat. Et ne nécessitant pas de capacités physiques particulières, pour le chien… Ni pour le maître ! 😉

Donc réellement un vrai sport canin à partager !

 

Le pistage se démocratise depuis quelques années maintenant. Il était, auparavant, peu diffusé auprès du grand public, mais davantage réservé à certains corps de métier.

 

Cette activité se pratique à l’extérieur (champ, prairie…). Une raison de plus pour vous y mettre avec votre toutou !

Concrètement, le pistage consiste à trouver et suivre une piste, grâce au flair du canidé.

 

On distingue deux catégories de pistage :

 

  • le pistage utilitaire : il correspond à la recherche d’une personne égarée, que peuvent réaliser les maîtres-chiens de la police, la gendarmerie…

 

  • le pistage sportif : le chien doit trouver et remonter une piste, laissée par un « traceur ».

Différents objets peuvent être placés sur la piste (porte-monnaie, gant, stylo, écharpe, jouet…) ou en bout de piste. Le chien doit repérer ces objets, et les marquer (se coucher, aboyer) ou les ramener à son maître.

 

 

Le Ring

 

 

Discipline sportive très complète, le Ring est bien souvent impressionnant pour les personnes qui le découvrent.

Il se compose de 3 disciplines :

 

  • l’obéissance
  • les sauts
  • le mordant

Le nom « Ring » vient du lieu où se pratiquent les compétitions : sur des terrains clos, de 2 500 m2 (généralement ceux des clubs canins).

 

Les épreuves d’obéissance comportent plusieurs exercices : marches au pied (en laisse et sans laisse), port et rapport d’objets, positions (assis/couché/debout), rappel.

 

Les sauts concernent des sauts en hauteur (haies) et en longueur (jusqu’à 7 mètres !).

Ainsi que le franchissement d’une palissade. Le chien s’agrippe sur celle-ci pour la passer. Le record actuel est de 3,4 mètres !!

 

Pour le mordant, le chien doit savoir réaliser les épreuves suivantes : recherche avec aboiement et conduite du malfaiteur, défense du maître, attaques, attaques arrêtées, garde d’objet.

 

Attention, bien sûr, seules quelques races sont autorisées à pratiquer le mordant.

Elles sont définies par la Société Centrale Canine

 

Il s’agit principalement de races des 1er et 2ème groupe de chiens.

 

1er groupe : chiens de berger

Berger allemand, berger blanc suisse, berger de Beauce (Beauceron), Berger de Brie (Briard), Berger de Picardie, Berger des Pyrénées, Berger hollandais, Border Collie, Bergers belges (Malinois, Groenendael, Laekenois, Tervueren), Berger catalan, Colley, Kelpie australien, Puli

 

Chiens de bouvier :

Bouvier des Ardennes, Bouviers australiens et Bouvier des Flandres

 

2ème groupe : Chiens de type Pinscher et Schnauzer – Molossoïdes – Chiens de Montagne et de Bouvier Suisses et Autres Races :

Boxer, Cane Corso, Doberman, Dogue des Canaries et majorquin, Fila, Hovawart, Rottweiler, Schnauzer géant, Terrier noir russe

Un chien du 3ème groupe (Terrier) est autorisé : l’Airedale Terrier

 

Le Ring contient 3 niveaux : I, II et III.

Pour pouvoir accéder au niveau I, le chien doit détenir le Brevet de Chien de Défense.

 

Le Ring est une discipline canine sportive complète, très exigeante.

 

Elle nécessite un grand niveau d’entrainement, et d’apprentissage pour le chien. Et participe à la création d’une belle complicité avec entre chien et maître.

 

 

 

 

 

Le Traineau

 

 

Ah, nous changeons maintenant complètement de registre, après avoir vu le Ring !

Voici un sport pour le moins particulier… Du moins à l’origine !

Bien sûr, quand on parle de «sport de traineau », on pense généralement immédiatement à neige, musher, husky… 🙂 (groupe de chiens n°5)

Et cela est bien normal.

 

Mais ce terme, et les sports canins qui s’y rattachent, s’est élargi maintenant. Il concerne également toutes les activités consistant à tirer un attelage, un vélo, des personnes à skis… Avec un seul chien, ou plusieurs.

Comme vous vous en doutez, ce type d’activités sportives canines demande une grande coordination entre maître et chien. Et de très bonnes aptitudes physiques.

Tant pour le canidé que pour l’humain !

 

Concernant l’activité sportive du traineau à proprement parler, elle concerne, bien évidemment, davantage les races de chiens nordiques (Husky, Malamute, Samoyède).

Et représentait, initialement, un mode de déplacement important pour les populations des régions polaires.

Mais depuis de très nombreuses années maintenant (début du 20 ème siècle), de véritables compétitions de courses se sont développées. Elles correspondent à de grands raids, couvrant des distances énormes, et sur plusieurs jours de courses. Souvent plusieurs dizaines de kilomètres à parcourir chaque jour.

 

Une discipline proche a vu le jour également. Il s’agit de la Pulka. Seul 1 ou 2 chien tire un traineau beaucoup plus léger. Alors que le « muscher » les accompagne, en parallèle, en ski ou en raquettes.

 

 

Le Troupeau

 

 

Enfin, pour terminer cet article sur les sports canins à partager avec votre toutou, nous aborderons une activité sportive qui peut être ultra intéressante si vous avez un chien berger !

Le travail du troupeau !

Eh oui !

Vous pouvez tout à fait, en tant qu’amateur et particulier, réaliser des séances de travail, et de dressage au troupeau, chez un berger qui propose ce type d’activité.

Au fil des séances, vous travaillerez bien sûr, l’éducation globale de votre chien, et l’obéissance. Mais aussi les bases du travail de troupeau.

Si votre chien aime bien, et vous aussi, franchement, cela peut être vraiment parfait pour un chien Berger !

Des compétitions sont même possibles.

N’hésitez pas à vous renseigner dans votre région !

 

 

 

Quelques éléments de médecine vétérinaire sportive

 

 

Loin de moi l’idée (et les compétences !) de traiter de médecine vétérinaire sportive. Mais aborder quelques éléments fondamentaux me semblait important, pour terminer cet article.

Ces points concerneront donc essentiellement les chiens de sport, ou de travail. Et non pas les chiens de compagnie, y compris s’ils réalisent, de temps en temps des compétitions sportives canines.

 

 

Physiologie de l’effort

 

 

Tout comme chez l’homme, la pratique d’un sport intense va, chez le chien, être à l’origine d’un stress, organique et psychologique. Cela est normal, et physiologique.

Il est important d’en avoir conscience, afin de réaliser la préparation physique sportive la plus adaptée. Et éviter à son toutou des conséquences néfastes pour lui.

 

Après quelques semaines d’entrainement (à raison de 2 ou 3 par semaine, voire d’un entrainement sportif journalier), d’importantes modifications du système cardio-vasculaire, respiratoire et musculaire vont apparaître chez le loulou.

Par exemple, chez les chiens très entrainés, le fréquence cardiaque (au repos) diminue. Elle est ainsi plus basse que celle des chiens moins sportifs.

Les muscles vont se développer, ainsi que le système vasculaire qui les irrigue de sang. Ils pourront ainsi recevoir beaucoup plus de sang, et d’oxygène, au cours des efforts.

 

En revanche, le sport intense va avoir des conséquences moins intéressantes sur les aspect digestif et comportemental des canidés.

Des troubles digestifs notamment sont très fréquents (vomissements, diarrhées, augmentation de l’acidité de l’estomac, avec possibilités de gastrites ou ulcères…).

Au niveau comportemental, le stress créé par les entrainements, les compétitions (environnement changeant…) peut aboutir régulièrement à des aboiements, plus d’excitation, de la salivation…

 

Bien sûr, le rôle de l’alimentation, alors parfaitement adaptée, sera crucial dans le traitement et la prise en charge de ces troubles digestifs.

 

 

L’entrainement du chien de sport

 

 

Un programme d’entrainement du chien sportif doit être mis en place, et rigoureusement suivi.
Il est important, entre autres, de bien distinguer les phases de préparation, et de compétition.
Il sera important de bien travailler l’ensemble des composantes nécessaires à la bonne pratique du sport visé.

Cela pourra être la puissance, la vitesse, la coordination, l’endurance.  Généralement, un seul sport nécessite plusieurs de ces éléments.

 

Bref, tout comme un sportif humain, tous ces facteurs devront faire l’objet d’une préparation rigoureuse !

 

On pourra ainsi alterner des exercices intenses, mais courts (de quelques secondes à 1 minute), et des phases de récupération (quelques minutes). En parallèle d’exercices davantage axés sur l’endurance. C’est à dire des exercices de course par exemple, à allure modérée. Mais sur des durées ou distances plus importantes.

 

Bien sûr, lors des compétitions, un effort devra être mis sur l’échauffement à réaliser. Pour prévenir au maximum les risques de blessures.

Il peut s’agir d’une course à allure modérée, de quelques étirements, de flexions musculaires, de jeux…

 

Après la compétition, la transition vers une phase de retour au calme devra être bien conduite.

Immédiatement après l’épreuve, quelques exercices légers permettront au canidé de mieux récupérer (oxygénation des tissues, élimination des déchets dus à l’effort…). Ils pourront être complétés de massages… Tout comme pour les sportifs humains ! 😉

 

Après la compétition, il faudra surtout veiller à toujours proposer au toutou une activité. Il est fortement déconseillé, en effet, de stopper brutalement l’entrainement. Tous les bénéfices, tant physiques que psychologiques, seraient alors très rapidement réduits à néant !

 

Il s’agit donc de conserver une activité, de la réduire graduellement, tout en essayant de la transformer, de plus en plus, en une activité ludique pour le chien.

 

 

L’alimentation du chien sportif

 

 

Comme pour tout loulou, l’alimentation du chien de sport doit impérativement :

 

  • être d’excellente qualité et équilibrée
  • être hautement digestible
  • être distribuée aux moments propices

 

Un plan global d’alimentation doit être fixé, pour plusieurs mois, afin de suivre l’entrainement physique du canidé.

 

Période de repos : alimentation d’entretien, toujours de très bonne qualité.

 

Période d’entrainement : transition progressive (au minimum 1 semaine, voire beaucoup plus) sur la ration d’entrainement. Soit changement d’alimentation, soit ajout de compléments adaptés, à la ration habituelle.

 

Période de compétition : attention au stress, qui peut nécessiter des ajustements nutritionnels. La quantité de la ration sera à adapter à la charge de travail fourni par le loulou.

 

Période de retour au calme : reprise progressive à l’alimentation d’entretien.

 

Quand donner sa ration au chien, avant une épreuve sportive ? 

Il ne faudra pas que le chien travaille à jeun. Aussi, il est plutôt conseillé de lui donner une petite quantité (le quart de sa ration journalière) le matin, au moins 4 heures avant l’épreuve sportive.

Le reste de sa ration lui sera donnée le soir.

Il faudra lui laisser de l’eau en permanence. Notamment tout de suite après l’effort, pour éviter tout risque de déshydratation.

Attention, privilégier de petites quantités à boire, régulièrement.

 

 

Prendre soin du chien de travail et de sport

 

soin-du -chien

 

Bien évidemment, comme pour nous, le sport intensif peut produire diverses blessures. Problèmes musculaires, tendineux, fractures, luxations…

De nombreux soins sont désormais proposés par des vétérinaires spécialisés (qui peuvent d’ailleurs être également ostéopathes).

 

Parmi ceux-ci :

  • utilisation de la chaleur (pochettes auto-chauffantes, lampes à chaleur…)
  • mobilisation passive des articulations
  • natation
  • électrostimulation
  • laser (problèmes musculaires, tendinites, effets anti inflammatoire et antalgique)

Ces soins sont également tout à fait possibles pour les « chiens de compagnie ».

 

N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre vétérinaire !

 

 

adopter-un-chien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire