Y’a-t-il un âge pour qu’un chiot soit propre ?

Quand on a un chiot, il y a beaucoup de choses à mettre en place pour bien l’accueillir, s’occuper de lui, et l’éduquer.
Les nouveaux maîtresses et maîtres pensent, bien évidemment, rapidement à l’apprentissage de la propreté !
Et surtout, aux éventuelles erreurs à éviter sur ce point, afin que le jeune canidé soit propre le plus rapidement possible !
Nettoyer les pipis et les cacas à la maison, ça va 2 minutes, hein ?!! 😉

Alors, à quel âge un chiot est propre ?
Est-il possible de le définir ?
Faut-il s’inquiéter si son jeune toutou met un peu de temps à faire ses besoins uniquement à l’extérieur ?

La réponse dans cet article !

Belle lecture !

Mon chiot est malpropre, faut-il m’inquiéter ?

Commençons par une réponse simple… A une question simple !
La réponse est donc : « Non ! ».
Il ne faut pas s’inquiéter.

En règle générale, cela reste un bon conseil. 😉

En revanche, il n’est pas interdit de vous demander, alors que votre chiot n’est toujours pas propre tandis que les mois défilent, si cela est juste car il a encore besoin d’un peu de temps. Apprendre la propreté ne se fait pas en 2 jours !
Ou s’il n’y a pas de raisons autres, comme des erreurs dans cet apprentissage.
Ou des éléments venant tout simplement le ralentir.
(problème physiologique, chien stressé, peureux…)
Nous allons voir tout cela ensemble dans la suite de cet article.

A quel âge un chiot est propre : une réponse possible ?

A la 2ème question : « A quel âge un chiot propre ? », alors là… Il est beaucoup plus délicat d’y répondre !

Certains vous diront : « 6 mois, c’est sûr ! ».
D’autres : « Un chiot propre ? Maxi 5 mois ! ».
Ou encore : « Mon chiot ? Il était déjà propre chez l’éleveur ! ».
Voilà. Voilà.

Le pire ?
C’est que tout cela peut être vrai !
Il est donc vraiment bien délicat d’apporter une réponse claire, nette et précise, à la question : « A quel âge un chiot est propre ? ».

Cela va dépendre d’énormément de facteurs

Si vous voulez à tout prix avoir un chiffre en tête, même s’il ne sera pas forcément adapté à votre bébé chien, votre quotidien… Partons sur l’âge de 5 à 6 mois, environ.
(Pas de contrôle du sphincter pour le chiot, avant l’âge de 4 mois).

Les facteurs qui influent l’apprentissage de la propreté chez le chiot

Essayons de lister les principaux…
Commençons par la chronologie.
Et donc, peut-être, par les 1ères semaines de vie de votre chiot, chez son éleveur, ou du moins, très probablement, auprès d’humains tout de même.
Selon le travail qu’aura réalisé, ou pas, justement, la 1ère « famille » de votre jeune canidé, dépendront déjà les 1ers éléments de réponse quant à la propreté de votre chiot.
Certains éleveurs, par exemple, auront déjà quasi appris à votre animal de compagnie à faire ses besoins dehors.
Un premier très bon réflexe presque acquis !
D’autres auront pu apprendre l’utilisation d’un bac à litière, papier journal, ou autre coin spécial pour aller aux toilettes.
D’autres ?
Ne s’en seront peut-être beaucoup moins occupés (faute de temps, d’inexpérience, de mauvaise volonté…).

La saison va aussi avoir une incidence sur l’apprentissage de la propreté de votre chien, ou chienne.
Il est beaucoup plus facile (et tout simplement possible !) de sortir les tous jeunes chiots plus souvent, afin qu’ils fassent pipi, crotte et autre réjouissance, quand il fait beau. Que lorsqu’il fait – 5°C !

Elmut-code-promo

Puis, bien sûr, ce sera à vous de prendre le relai.
Et la façon dont vous allez poursuivre (ou débuter !) l’éducation à la propreté pour votre canidé va grandement influer sur les résultats que vous obtiendrez, bien évidemment.

Il y aura bien sûr votre savoir-faire, votre expérience… Ou inexpérience en éducation canine.

De manière encore plus pragmatique, votre disponibilité et présence également.
Serez-prêt(e), les 1ers jours et semaines, à sortir votre chiot toutes les 2 heures, pour qu’il fasse ses besoins à l’extérieur ?
Idem après chaque réveil ?
Phase de jeu, ou repas ?
Ainsi que le plus tard possible le soir… Et le plus tôt possible le matin ?

Car plus vous vous donnerez les chances que votre chiot fasse pipi-caca dehors, alors vous obtiendrez de réussites.
Et plus vous obtiendrez de réussites, plus vous pourrez féliciter votre petite boule de poils (friandises, câlin…).
Et donc ?
Plus l’apprentissage sera rapide ! (renforcement positif).

De manière aussi toute simple… Votre lieu d’habitation… Car si vous avez un jardin par exemple, alors il vous sera beaucoup plus facile d’apprendre à être propre à votre jeune toutou.
Ouvrir une porte ou une baie vitrée et sortir votre canidé, quasi à n’importe quelle heure de la journée, et quelle que soit votre tenue vestimentaire (y compris en pyjama, caleçon… Ou slip ! 😉 ) est plus facile dans son jardin… Que lorsqu’on habite au 8ème étage d’une grande résidence, et en pleine ville !

Sans évoquer les traditionnelles erreurs, que commettent beaucoup de maîtresses et maîtres.
Comme punir ou gronder son chiot. Notamment après avoir découvert un « accident » en rentrant à la maison (excréments, traces d’urine…).

Ou encore nettoyer avec un produit inadapté, comme l’eau de Javel.
Privilégier plutôt le vinaigre blanc.
Ou un produit à base d’enzymes.

Et idéalement, ramasser et nettoyer hors de sa vue.

Est-ce que la race de votre chiot peut agir sur l’acquisition de la propreté ?
Est-ce qu’un Bichon, un Retriever, un Jack Russel ou un Bouledogue français apprendra plus rapidement la propreté ?
Pas vraiment. (quoi que… La taille de la vessie aura son importance, quand même !).
Mais sur le principe, les conditions d’éducation, et de vie, influenceront beaucoup plus !



Pensez aussi aux frais de santé qui peuvent vite grimper en cas de visites répétées chez vitre vétérinaire (accident, maladie…).

Demandez un devis pour une mutuelle santé !
C’est 100% gratuit et sans engagement !



Sante Vet

Laisser un commentaire