Les pièges du quotidien en éducation canine

Au début, c’est comme tout.
C’est quasi l’euphorie. On est « à fond ».
On regarde des videos. On lit des bouquins. On cherche des conseils.
On prend des cours. On demande. On pratique. On teste.
On est content.

Généralement, c’est comme cela que l’on commence à éduquer son chien. Ou son chiot.


Puis ?
Les jours, les semaines et les mois passent.
La routine s’installe.
Le quotidien, avec son lot d’obligations, d’habitudes, reprend le dessus.
Et revoici le classique « j’ai pas le temps » qui fait son come-back.

Et c’est là que les problèmes débutent, avec son chien. Ou se cristallisent.
Car oui, c’est certain : éduquer un chien, un chiot, nécessite du temps.
De la rigueur et de la constance également.
Sans cela ?
Vous risquez de tomber dans le classique piège du « chien de cirque » à qui on apprend beaucoup de choses les premiers temps.
Puis qui n’écoute absolument plus rien quelques mois après.
Sa faute à lui ?
Non. Bien sûr que non.
Plutôt la faute des pièges du quotidien. Qui font que beaucoup de personnes décrochent.
Un peu comme avec les abonnements à la salle de sport.

Apprentissage canin et renforcement positif

Pour bien éduquer son chiot ou son chien, il faut respecter et s’appuyer sur quelques principes clairs.
Et simples.

L’un deux est la régularité.
Si vous démarrez un apprentissage un jour (la commande « tu laisses » par exemple), et que vous ne le poursuivez pas, assidûment, pendant plusieurs autres jours, alors il est bien évident que cela n’aura servi à rien.
Même si vous avez l’impression que votre chien a déjà compris.
Parce qu’il est malin.
Aussi intelligent soit-il, il lui faudra plusieurs répétitions pour apprendre une nouvelle commande. Un nouvel « ordre ».

Sinon ?
Les jours suivants, vous penserez que votre toutou aura compris (alors que non, en réalité).
Du coup, s’il ne s’exécute pas quand vous lui demanderez cette commande, la prochaine fois ?
Eh bien, vous répéterez.
Ou élèverez la voix.
Ou abandonnerez.
Ou finirez pas penser que votre loulou n’est pas si malin que cela, finalement.

Quelle que soit votre réaction, celle-ci ne vous apportera donc rien de bon. Ni pour vous. Ni pour votre chien. Ni pour la relation à créer avec lui.

Alors qu’en fait ?
Vous avez arrêté trop tôt l’apprentissage de cette nouvelle commande.
Tout simplement.
C’est ballot.

Conseils pour maintenir une bonne régularité en éducation

Se montrer constant(e) et régulier(e) en éducation canine n’est pas forcément évident.
Je vous l’accorde bien volontiers.
Moi-même, je tombe régulièrement dans les pièges du quotidien.
« Pas le temps maintenant »
« Pas urgent »
« ça attendra ce week-end »
« Je suis fatigué là »



Du coup, je vous propose quelques astuces pour booster au mieux votre régularité, et continuer à apprendre à votre chien.
Et avec lui.


Fixez-vous une petite routine d’entrainement.
Qui vous conviendra, ainsi qu’au niveau de forme et d’attention de votre chien.
Par exemple, tous les jours, après le déjeuner. Juste après le café.
Ou le soir, avant de dîner.
Ou à tout autre moment qui vous conviendra parfaitement.


Fixez-vous une durée.
Courte.
Et respectez-la, quoi qu’il arrive.
Par exemple, 10 minutes maximum. Ou 5.
Pendant ces quelques minutes, vous travaillerez une commande en particulier. Vous pourrez alterner phases de jeux et récompenses, et de travail.


Faites-vous un planning.
Elaborez un mini calendrier/planning de travail pour les séances d’éducation de votre canidé.
Par exemple, sur la semaine prochaine, ne prévoyez qu’un travail sur la commande « tu laisses ».
La semaine suivante ?
Travail sur le « focus ».
La prochaine ?
La commande « aboie » et « silence ».
Et ainsi de suite.



Ce ne sont que des exemples, bien sûr.
A vous de choisir ce qui vous convient le mieux, et d’appliquer ces conseils très simples, pour peaufiner l’éducation de votre chien.

Un dernier point ?
Capitalisez sur les réussites !
Et réjouissez-vous des progrès effectués, chaque jour. 🙂


Laisser un commentaire rencontre femme noire a quebec